Radjaïdjah Blog

mardi 30 janvier 2024

Aleph: from Earth to Sky

In our world surrounded by chaos and disorder, randomness drives evolution. But is everything random? No, according to the Jewish tradition. For instance, the shapes of Hebraic letters aren’t random. Quite the opposite actually: letters have been carefully designed.

Lire la suite...

lundi 24 février 2020

Attack of the Drone

Years after Tempest, an epic IT security tale is now three years old.


Source: Malware Lets a Drone Steal Data by Watching a Computer’s Blinking LED.

mercredi 20 septembre 2017

Bonne année 5778

La question du jour, que vous vous êtes très certainement posée et qui vous empêche de dormir : combien de fois sonne-t-on le Chophar à Roch Hachana ?

Réponse abrégée.

Le Tanakh mentionne deux sons du chophar : Teqiʿa et Terouʿa. Terouʿa (un son saccadé) apparaît trois fois dans la Bible dans le contexte du Chophar, de cela le Talmud déduit qu'il faut produire ce son trois fois. D'autres passages connectent Teqiʿa (un son ininterrompu) à Terouʿa deux fois, ce qui a conduit le Talmud à légiférer que chaque Terouʿa devait être précédée et suivi d'une Teqiʿa. Du coup on aboutit, au lieu de trois fois Terouʿa, à trois fois Teqiʿa - Terouʿa - Teqiʿa.

Seulement, des doutes ont émergé concernant le véritable son de Terouʿa : s'agit-il de sons brefs successifs (une sorte de gémissement entrecoupé) ou d'impulsions sonores saccadées ? Pas de problèmes, ont dit nos Sages, on va faire toutes les combinaisons possibles.

De fait il existe aujourd'hui quatres types de séquences élémentaires de sonneries :

  • Teqiʿa : son long et ininterrompu ;
  • Terouʿa : série de 9 sons saccadés ;
  • Chevarim : 3 sons brefs ;
  • Teqiʿa Guedola : très long son ininterrompu

Et donc pour lever toute ambiguïté, le bloc de séquences officiel est :

Teqiʿa - Chevarim - Terouʿa - Teqiʿa x3, soit 12 séquences élémentaires Teqiʿa - Chevarim - Teqiʿa x3, soit 9 séquences élémentaires Teqiʿa - Terouʿa - Teqiʿa x3, soit 9 séquences élémentaires

Soit au total 30 séquences élémentaires par bloc.

Le bloc est récité trois fois au cours de la prière de Roch Hachana, pour faire court : une fois avant la prière de Moussaf, une fois pendant, et une fois après.

Une dernière série de dix séquences élémentaires est récitée pendant le Kaddich Titkabal, et finalement une ultime Teqiʿa Guedola (très long son ininterrompu) vient conclure l'office de Roch Hachana.

Total : 30 + 30 + 30 + 10 + 1 = 101 sons.

Il existe bien sûr d'autres coutumes avec un nombre différent de sons, les autorités religieuses recommendent de respecter simplement la tradition de chaque communauté.

Bonne année 5778 à tous !

mercredi 8 mars 2017

The CIA Test

The CIA Test

In one single word, what did the former US president John Fitzgerald Kennedy want to do to the Central Intelligence Agency (CIA)?

Answer Answer

SplinterItIntoAThousandPiecesAndScatterItToTheWinds

lundi 25 juillet 2016

Comment lacer ses chaussures

Vous cherchez un noeud solide pour vos chaussures, baskets, ou crampons ? Un article à lire si vos lacets se défont régulièrement.

Il y a en gros deux façons de faire un noeud classique de laçage de chaussures : une version solide et une version faible, topologiquement différentes.

Effectuez-vous la technique solide ? Nous allons essayer de répondre à cela de manière succinte. Le noeud de chaussure se fait essentiellement en 3 étapes : la demi-clef, la boucle, et l'enlaçage.

  • Étape 1 (demi-clef) : si vous passez le brin gauche du lacet par-dessus (devant) le brin droit, comptez un point, sinon, zéro.
  • Étape 2 (boucle) : si vous faites la boucle à gauche comptez un point. si c'est à droite : zéro.
  • Étape 3 (enlaçage) : si l'enlaçage passe d'abord devant la boucle, puis derrière, comptez un point, dans le cas contraire zéro.
  • Bilan : si vous avez un nombre total de points impair, vous faites la version solide, si vous avez un nombre total de points pair vous faites la version faible !

(Évidemment les plus informaticiens des lecteurs auraient trouvé plus simple de XORer.)

Si la conclusion est que vous effectuez la version faible, pas de problème ! Vous pouvez passer à la version solide en inversant une des trois étapes, celle de votre choix.

Comme le dit Terry Moore dans sa brève présentation à TED Comment lacer vos chaussures, dans la version solide, les boucles sont longitudinales (parallèles) à la direction des lacets, tandis que dans la version faible les boucles y sont transversales (perpendiculaires).

Un passionné de lacets, Ian Fieggen, explique comment aboutir à chacune des deux versions et analyse votre technique en profondeur grâce à un QCM en 10 étapes.

Techniquement, le noeud de lacet "solide" s'appelle noeud de rosette, variation doublement gansée du noeud plat (reef knot), tandis que le noeud de lacet "faible" est la variation doublement gansée du noeud de vache (ou noeud de ménagère), en anglais granny knot (noeud de mamie), obtenu en effectuant deux fois de suite la même demi-clef.

En bonus, Ian Fieggen vous propose de réaliser un noeud de chaussure ultra-rapide : le noeud de Ian (video), une méthode express pour obtenir un noeud de rosette solide avec des lacets de chaussure.

En mathématiques, ces considérations bassement pratiques relèvent de la branche appelée théorie des noeuds.

lundi 6 juillet 2015

Printing booklets

For the record, here is the page order to print a brochure (A5 booklet) from a A4/letter documents (2 pages per sheet, landscape orientation, with short-edge border if in duplex mode). It might be applied to staroffice/openoffice/libreoffice, ms-word, and PDF documents.

  • 1-4 pages

single: 4,1 / 2,3
reverse: 4,1 / 2,3
duplex: 4,1,2,3

  • 5-8 pages

single: 8,1,6,3 / 2,7,4,5
reverse: 8,1,6,3 / 4,5,2,7
duplex: 8,1,2,7,6,3,4,5

  • 9-12 pages

single: 12,1,10,3,8,5 / 2,11,4,9,6,7
reverse: 12,1,10,3,8,5 / 6,7,4,9,2,11
duplex: 12,1,2,11,10,3,4,9,8,5,6,7

  • 13-16 pages

single: 16,1,14,3,12,5,10,7 / 2,15,4,13,6,11,8,9
reverse: 16,1,14,3,12,5,10,7 / 8,9,6,11,4,13,2,15
duplex: 16,1,2,15,14,3,4,13,12,5,6,11,10,7,8,9

  • 17-20 pages

single: 20,1,18,3,16,5,14,7,12,9 / 2,19,4,17,6,15,8,13,10,11
reverse: 20,1,18,3,16,5,14,7,12,9 / 10,11,8,13,6,15,4,17,2,19
duplex: 20,1,2,19,18,3,4,17,16,5,6,15,14,7,8,13,12,9,10,11

  • 21-24 pages

single: 24,1,22,3,20,5,18,7,16,9,14,11 / 2,23,4,21,6,19,8,17,10,15,12,13
reverse: 24,1,22,3,20,5,18,7,16,9,14,11 / 12,13,10,15,8,17,6,19,4,21,2,23
duplex: 24,1,2,23,22,3,4,21,20,5,6,19,18,7,8,17,16,9,10,15,14,11,12,13

  • 25-28 pages

single: 28,1,26,3,24,5,22,7,20,9,18,11,16,13 / 2,27,4,25,6,23,8,21,10,19,12,17,14,15
reverse: 28,1,26,3,24,5,22,7,20,9,18,11,16,13 / 14,15,12,17,10,19,8,21,6,23,4,25,2,27
duplex: 28,1,2,27,26,3,4,25,24,5,6,23,22,7,8,21,20,9,10,19,18,11,12,17,16,13,14,15

  • 29-32 pages

single: 32,1,30,3,28,5,26,7,24,9,22,11,20,13,18,15 / 2,31,4,29,6,27,8,25,10,23,12,21,14,19,16,17
reverse: 32,1,30,3,28,5,26,7,24,9,22,11,20,13,18,15 / 16,17,14,19,12,21,10,23,8,25,6,27,4,29,2,31
duplex: 32,1,2,31,30,3,4,29,28,5,6,27,26,7,8,25,24,9,10,23,22,11,12,21,20,13,14,19,18,15,16,17

jeudi 22 janvier 2015

Rester en vie ❤

Lorqu'une personne est en état d'arrêt cardiaque (perte de conscience, absence de pouls, respiration non perceptible, pâleur, dilatation des pupilles), un moyen potentiel de lui sauver la vie est de lui effectuer un massage cardiaque après avoir prévenu les secours. Pour une bonne efficacité, le rythme du massage doit être compris entre 100 et 120 compressions par minute (1,7 - 2 Hz). Un moyen simple d'atteindre cette fréquence est d'exécuter le massage cardiaque au rythme de la chanson Stayin' Alive des Bee Gees (source).

Démonstration :


Des gens curieux de l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign se sont demandé si ce métronome musical mnémotechnique était susceptible d'améliorer l'efficacité des personnes formées à la réanimation cardiaque, et ont publié une étude sur la question. Extrait :

The control group, representing a standard CPR experience, adhered tightly to the educational guidelines for the AHA Heartsaver® CPR course. In the experimental group, CPR instruction also adhered to the education guidelines for the AHA Heartsaver® CPR course, but students were also taught to perform CPR using the 100 bpm cadence of The Bee Gees “Stayin’ Alive” (Saturday Night Fever, The Original Movie Soundtrack; Polygram International Music, 1977) to help time compression rates during practice sessions. Before study initiation, the tempo of the song was verified at 103 bpm using MixMeister BPM Analyzer (MixMeister Technology, LLC, Ft. Lauderdale, FL). To reinforce this concept, this song was audibly played during all practice sessions for the intervention group.

Et la conclusion :

In summary, utilization of a novel musical metronome during standard CPR training of laypersons improved the proportion of subjects performing appropriately paced chest compressions during long-term follow-up, even without the music aid being played.

Source : Hafner, J. W.,Jou, A. C.,Wang, H.,Bleess, B. B.,Tham, S. K., "Death Before Disco: The Effectiveness of a Musical Metronome in Layperson Cardiopulmonary Resuscitation Training", J Emerg Med.

Le site Staying Alive présente quelques infos et vidéos sur les syndromes d'un arrêt cardiaque et la réanimation cardio pulmonaire ou l'utilisation de défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) et défibrillateurs semi-automatiques (DSA). Il propose même une simulation 3d de sauvetage d'une personne cardiaque (trailer motivant), malheureusement son bon fonctionnement est conditionnée à celui de 3DVIA Player, un logiciel de Dassault Systèmes qui ne tourne pas sous OS libres. Alternativement existe Staying Alive 3D pour iPad/iPhone, mais apparemment pas l'équivalent pour Android.

Est-il utile de consacrer un peu de temps à apprendre à réagir adéquatement et à faire un massage cardiaque ?

jeudi 22 août 2013

10 factoïdes sur la 2e guerre mondiale

Comme les articles Minute confiture marchent bien, voici non pas cinq mais dix faits aléatoires sur la 2e guerre mondiale pour briller en société lors des soirées de l'Ambassadeur, la plupart issus du documentaire Apocalypse, la 2e guerre mondiale[1].

1 La déclaration de guerre de la Grande-Bretagne puis de la France, le 3 septembre 1939, a été une surprise pour Hitler. Après avoir récupéré les Sudètes suite aux accords de Munich, Hitler voulait remédier à ce qu'il percevait comme l'affront suprême du traité de Versailles : la séparation du territoire allemand en deux parties par le corridor de Dantzig, créé pour offrir à la Pologne un accès à la mer. L'invasion allemande de la Pologne sera l'acte déclencheur de la déclaration de guerre. De son côté, suite au pacte germano-soviétique, l'armée russe envahira l'autre moitié du pays. Le centre de la Pologne sera la frontière commune germano-russe qui préparera l'opération Barbarossa, l'invasion de la Russie.

2 La première victoire alliée est la bataille de Narvik (Norvège), remportée par les Alliés afin de bloquer le transport maritime de fer en provenance des mines suédoises de Kiruna vers l'Allemagne. 50% du fer importé par l'Allemagne transitait par le port de Narvik. Cependant, la ville sera abandonnée par les Alliés et réutilisée par les Allemands.

3 Le plan de l'invasion de la France (Fall Gelb, cas jaune), qualifié de Sichelschnitt (coup de faucille) par Churchill, a été essentiellement planifié par l'Allemand Erich von Manstein, qui suggérait de lancer une diversion par la Belgique tout en contournant la ligne Maginot par les Ardennes. Les Français se jetèrent à corps perdu en Belgique pour rien. Avant l'attaque, Churchill croyait encore à la force de la république française. L'armée allemande appliqua une démonstration de Blitzkrieg (guerre-éclair). Les pilotes allemands capturés par l'aviation française seront rapidement rendus à l'Allemagne (et participeront aux futures attaques aériennes contre l'Angleterre). Responsable de cet échec défensif, le généralissime français Gamelin sera révoqué et remplacé par le général Weygand, assisté de Pétain. Les Alliés acculés au Nord, à Dunkerque, seront évacués dans une débacle au cours de laquelle 80 000 Français se sacrifieront pour gagner du temps. Voyant la France en déroute, l'Italie de Mussolini en profitera pour lui déclarer la guerre, ainsi qu'à l'Angleterre. Paris sera déclarée ville ouverte.

4 La méthodisation de l'exécution des victimes des Nazis fut un processus progressif, qui commença avec les balles et finit par le gaz. Au début, les commandos d'exécutions mis en place dès 1939 par Reinhard Heydrich (des groupes d'interventions à vocation historiquement défensive, les Einsatzgruppen) emmenaient les captifs dans une forêt et leur faisaient creuser leur propre tombe. Mais, indique le documentaire, "ce procédé est jugé trop long, alors les SS font creuser des longues fosses communes, où les juifs vont directement se coucher sur les morts précédents", Cette shoah par balles culmina dans le massacre de Babi Yar où plus de 30000 personnes furent emmenées dans un ravin et tuées en deux jours. Heinrich Himmler préconisa alors des méthodes moins primitives, ce qui mena aux exterminations de masse par le CO2 et le Zyklon B.

5 L'opération Barbarossa ne fut pas vraiment une surprise pour l'URSS. Staline pensait que le pacte germano-soviétique ne faisait que retarder la confrontation avec l'Allemagne avide de Lebensraum, et plusieurs signaux concordants ont alerté les services de renseignements soviétiques. Ainsi, l'Allemand Rudolf Hess, en proposant un accord de paix aux Britanniques, leur révèla inconsciemment qu'Hitler se prépare à attaquer sur le flanc est. De plus les mouvements bancaires et les nouvelles politiques monétaires de la Reichsbank furent repérés par les services de renseignements soviétiques. La date exacte de l'opération Barbarossa fut apportée par au moins deux sources indépendantes, l'équipe suédoise menée par le mathématicien Arne Beurling qui avait cassé le système de chiffrement des câbles allemands en provenance de Norvège (bien avant que les équipes de Bletchley Park ne percent à jour Énigma), et l'espion Richard Sorge au Japon (qui transmit plus tard que les Japonais n'attaqueraient pas l'URSS mais plutôt les États-Unis à Pearl Harbor). Malgré le refus de Staline d'attaquer en premier, les informations récoltées furent décisives pour préparer l'armée soviétique à l'invasion, qui aboutit aux batailles de Moscou et de Stalingrad.

6 Le gouvernement américain viola la constitution de son propre pays contre ses citoyens d'ascendance japonaise. Les États-Unis, une fois entrés en guerre, ont redouté des bombardements allemands sur la côte est, et surtout un débarquement japonais sur la côte ouest. En conséquence les 120 000 Américains d'origine japonaise vivant en Californie furent traités comme des espions potentiels : confiscation des possessions, relevé des empreintes digitales, regroupement en camps d'internement... Le climat de peur conduisit ainsi le gouvernement américain à agir contre ses propres citoyens, préfigurant entre autres le traitement infligé aux Américains musulmans en 2001.

7 L'objectif de l'Afrikakorps de Rommel était de rejoindre le sud de la Russie pour prendre en tenaille l'armée soviétique et prendre le contrôle du pétrole du Caucase. Mais sa progression fut freinée par les forces françaises libres lors de la bataille de Bir Hakeim, en Libye, et stoppée par les Britanniques à El Alamein, en Égypte. Pour se sauver avec ses hommes de la débacle, Rommel volera l'essence de ses alliés italiens, qui se retrouveront prisonniers, Un peu plus tard les Américains et les Anglais lanceront l'opération Torch et débarqueront en Afrique du Nord où ils seront combattus par les généraux français acquis au régime de Vichy.

8 Le grand mufti de Jérusalem de l'époque, Hadj Amin al-Husseini (futur oncle de Yasser Arafat), fut un collaborateur d'Hitler, partageant avec le régime nazi la haine des juifs. Cependant la majorité des Arabes combattit contre les forces de l'Axe.

9 Beaucoup d’historiens se sont demandé si le médecin personnel d'Hitler, Theodor Morell, n’aurait pas été involontairement responsable de la mauvaise santé de son patient à la fin de la guerre, et donc indirectement de ses décisions hasardeuses. Morell avait tenu un journal médical des médicaments, toniques, vitamines et autres substances qu’il avait administrés à Hitler, habituellement par injection ou sous forme de pilules. La plupart étaient des préparations commerciales, certaines de sa propre composition. Comme certains de ces composants, comme la cocaïne en collyre, sont considérés comme toxiques,

10 L'importance des témoignages a été rapidement compris. Alors que les Américains approchent de Buchenwald, les Nazis jettent des milliers de déportés sur les routes. Ce sont les « marches de la mort ». Cependant, l'organisation clandestine du camp parvient à limiter le nombre des départs et à prendre le contrôle du camp sur les SS le 11 avril 1945, quelques heures avant l'arrivée des blindés américains. Les habitants de la ville voisine de Weimar, distante d'environ 5 km, sont réquisitionnés pour l'évacuation des corps de déportés, la plupart d'entre eux disant qu'ils ignoraient ce qui se passait alors à Buchenwald. Le commandement américain a souhaité que des notables de Weimar se rendent au camp, le 16 avril 1945 afin que chacun puisse constater l'horrible réalité du régime porté au pouvoir en 1933.

Une citation pour conclure

Aussi, je pense qu'il vaut mieux mettre fin à temps, et la tête haute, à une existence où le travail intellectuel a toujours été la joie la plus pure et la liberté individuelle le bien suprême de ce monde. Stefan Zweig

Notes

[1] Au sujet du documentaire, une note de l'article mentionne qu'un historien regrette de son côté qu'« aucun historien, en qualité de conseiller ou consultant, ne figure à son générique » et, constatant que « les recherches universitaires sont à la fois plus sûres et plus avancées que les données apportées par l'ensemble des épisodes du documentaire », estime qu'il existe dans cette série « trop d'entorses aux faits [...] d'insinuations non justifiées, d'omissions, pour qu'on puisse admirer sans réserve la somme d'informations qu'elle véhicule ».

lundi 18 février 2013

McDo cacher

Les lois juives sur la nourriture, la cacherout interdisent de mélanger le lait et la viande. En conséquence, en supposant que le fromage est fait à partir de lait et le steak à partir de viande, il n'existe pas de cheeseburger ou de BigMac cacher. Et pourtant, McDonald's, la célèbre compagnie immobilière[1], a ouvert des franchises cachères, où le fromage est remplacé par des substituts non lactés. Tous ces restaurants se trouvent en Israël, comme on peut s'y attendre, sauf un.

Où est donc le seul McDonald's cacher hors Israël ? A New York ? À Paris ? Réponse : à Buenos Aires, en Argentine. Pourquoi là-bas ?

Une explication probablement incorrecte mais néanmoins sympathique est la suivante.

Le 1er septembre 1939 l'Allemagne envahissait la Pologne, marquant le début de la seconde guerre mondiale. Le même jour, ces deux nations devaient s'opposer en Argentine, à l'occasion de la phase finale de la huitième édition des olympiades d'échecs. Trois ans après les jeux olympiques de Berlin, cette édition se jouait en Argentine, car le climat politique était particulièrement tendu en Europe à l'aube de la guerre.

Environ 135 joueurs d'échecs de 27 pays s'affrontèrent lors de cette compétition qui débuta le 21 août 1939. Après une semaine d'éliminatoires ne restaient plus en lice que 16 pays ; la phase finale débuta le 1er septembre, date de l'invasion allemande. Pour la plupart des joueurs les victoires étaient une maigre consolation alors que leur pays entrait en guerre. Ainsi les Britanniques furent rappelés sur-le-champ, et trois membres de l'équipe rejoignirent Bletchley Park, le service de cryptanalyse des forces alliées, dont l'action fut décisive sur l'issue du conflit. Les autres équipes restèrent sur place, et alors que le tirage au sort avait désigné que l'Allemagne devrait affronter la France et la Pologne, les organisateurs, conscients de la délicatesse de la situation, déclarèrent de nombreux matches nuls d'office. Finalement, les Allemands gagnèrent (dans la tradition footballistique[2]), les Polonais (menés par Xavier Tartakover) finirent deuxièmes, et les Français (menés par Alexandre Alekhine) dixièmes.

Après le tournoi, 23 joueurs qui devaient rentrer en Europe, dont deux femmes qui avaient pris part à l'édition féminine des olympiades, décidèrent de rester en Amérique du Sud. La plupart d'entre eux étaient juifs, et leur retour était quasi-synonyme de déportation dans les camps de concentration ; ils étaient venus en Argentine sur le même bateau belge, le Piriapolis, qui fut considéré comme l'Arche de Noé de toute une génération de joueurs d'échecs.

Comme conséquence, le savoir échiquéen mondial fut fortement concentré en Argentine pendant la guerre, et l'Argentine, qui n'avait jamais fini sur le podium des olympiades jusque-là, l'atteignit sur cinq des six éditions qui suivirent, de 1950 à 1962.

Peut-être est-ce pour cette raison qu'il y a un McDonald's cacher à Buenos Aires.

Sources : 1, 2, 3.

Notes

[1] Pour ceux qui pensent que McDonald's est une entreprise de restauration, rappelons que la majorité de son chiffre d'affaire provient de la location des locaux pour ses franchises.

[2] Le football est un sport qui se joue à onze contre onze, mais à la fin c'est toujours l'Allemagne qui gagne. Gary Lineker

mercredi 9 janvier 2013

D'où provient le n° de sécurité sociale ?

Le numéro de sécurité sociale en France, ou numéro d'inscription au répertoire des personnes physiques (abrégé en NIRPP ou plus simplement NIR) est un code alphanumérique servant à identifier une personne dans le répertoire national d'identification des personnes physiques (RNIPP) géré par l'Insee. Il est construit à partir de l'état civil transmis par les mairies (sexe, année et mois de naissance, département et commune de naissance, numéro d'ordre du registre d'état civil). Il s'agit d'un « identifiant fiable et stable, conçu pour rester immuable la vie durant ».

En France, le numéro de sécurité sociale est une bonne clef primaire pour indexer les citoyens ; c'est par exemple le numéro de carte vitale de l'assurance maladie. Il n'est cependant pas parfait, entre autres car il peut exister des doublons. Mais d'où vient-il ? Selon l'article mentionné ci-dessus :

L'inventeur de l'actuel numéro de Sécurité sociale est le contrôleur général des armées René Carmille, spécialiste de la mécanographie par cartes perforées[1], qui le destinait à préparer secrètement la remobilisation de l'Armée, dissoute par l'Armistice de 1940.

À l'origine, René Carmille avait prévu un numéro matricule à 12 chiffres, appelé « numéro de Français » :

  • deux pour l’année de naissance ;
  • deux pour le mois de naissance ;
  • deux pour le département de naissance ;
  • trois pour la commune de naissance (aucun département ne comporte plus de 999 communes) ;
  • trois pour un numéro d’ordre dans le mois de naissance;

Ayant un objet civil, et non militaire, le numéro de Français devait inclure les femmes. C'est pourquoi fut ajouté un 13e chiffre en première colonne, pour le sexe, 1 ou 2. Le numéro d'identité n'est pour Carmille qu'un des éléments d'un vaste système de traitement d'informations statistiques, destinées à gérer l'ensemble des affaires économiques, civiles et militaires. Après des errements consistant à donner une signification aux chiffres non utilisés (3 à 9) de la première colonne, la première composante du numéro d’identification est définitivement limitée au sexe en mai 1945 : 1 pour masculin, 2 pour féminin. L’armée reconstituée continua d’utiliser le « numéro Carmille » et donna le nom de son créateur à des centres de recrutement, de mécanographie ou de télécommunications.

Ce que Wikipédia appelle errements est précisé dans le 20e rapport d'activité de la CNIL de 1999 :

Construit sous l’égide de l’INSEE et certifié par lui à partir d’éléments d’état civil transmis par les mairies (sexe, année et mois de naissance, département et commune de naissance, numéro d’ordre du registre d’état civil), le NIR constitue un identifiant fiable et stable, conçu pour rester immuable la vie durant. Cependant, créé sous le régime de Vichy pour classer les fichiers administratifs et établir des statistiques démographiques, le NIR a été aussitôt utilisé pour distinguer « juifs » et « non-juifs » selon les critères des autorités antisémites de l’époque, la première position du numéro relative au sexe des personnes ayant été complétée sur cette base. Cette mémoire restera attachée au NIR. Il est vrai que la structure de ce numéro pouvait faciliter de telles discriminations. De fait, le NIR est le reflet, sous forme numérique, de l’identité de chacun.

L'article sur René Carmille relate plus en détails cet historique. À la libération, le Service national des statistiques (SNS) devenait l’Insee, et le numéro Carmille devenait le numéro de sécurité sociale, toujours utilisé aujourd'hui.

Notes

[1] La mécanographie par cartes perforées, ancêtre de l'ordinateur, sera utilisée par les Nazis avec le concours d'IBM pour améliorer la logistique des camps de concentration. Cela est détaillé dans la troisième partie du film The Corporation.

lundi 3 septembre 2012

Les super techniques des supermarchés

Tandis que Barack Obama discute sur reddit, cette entrée se focalise sur les... supermarchés. Les supermarchés et hypermarchés sont des vitrines emblématiques de la consommation moderne, et au-delà de la logistique optimisée de la grande distribution, certaines des techniques marketing des commerces pour inciter les clients à consommer plus sont relativement instructives.

  • Historiquement, le caddie a permis aux clients d'acheter plus de choses simultanément. Dès lors, topographiquement, avec un sol légèrement incliné, il est plus facile d'entrer dans un supermarché avec un caddie que d'en sortir, ce qui encourage à rester à l'intérieur. Autres méthodes pour inciter les clients à rester : les stands de dégustation, et la musique. Ainsi selon une étude, une musique douce ralentit les consommateurs, tandis que la musique classique suggère inconsciemment d'acheter des produits plus chers. Au contraire, dans certains magasins de vêtements, la musique est jouée très fort pour que les parents trouvent ça insupportable et laissent leurs enfants seuls - de préférence avec la carte de crédit.
  • Le positionnement des marchandises est souvent très calculé. Dès l'entrée, les fleurs et les pains sentent bon et mettent les clients de bonne humeur tout en activant leurs glandes salivaires ; cette séduction sensorielle rend l'esprit plus propice à la dépense. Dans les rayons, les produits les plus chers sont souvent placés à la hauteur des yeux des adultes tandis que les produits avec des figurines connues et des belles couleurs sont placés à la hauteur des enfants. Il arrive aussi que les produits les moins chers soient placés en haut afin de ne pas les voir directement ou d’avoir de la difficulté à les atteindre. Les produits de première nécessité (lait, farine, pâtes, oeufs, pain, etc.) sont souvent éparpillés aux quatre coins du magasin pour encourager les clients à passer devant plus de choses susceptibles d'être mises dans le caddie. Enfin, des items propres à l'achat impulsionnel (bonbons, magazines) sont installés près des caisses, où les clients font la queue et ont le temps d'être tentés.
  • Certaines enseignes offrent des petits cadeaux à partir d'un certain montant d'achat ; ce sont souvent des objets à collectionner, et pour les enfants, ce qui encourage fortement les parents-non-indignes à revenir acheter pour acquérir les figurines ou images manquantes. De même les cartes de fidélité, programmes d'affiliation, coupons de réductions individualisés, et systèmes de cashback, ont été conçus pour faire revenir les clients le plus systématiquement possible, voire les conditionner à faire leurs courses exclusivement au même endroit.

On reconnaît là des éléments d'architecture de contrôle.

À lire pour plus d'informations : The Effects of Store Environment on Shopping Behaviors: A Critical Review, Consumer Psychology In The Grocery Store, Retail Shopping Mall Semiotics and Hedonic Consumption.

À voir aussi : Les petites combines de la grande distribution.

lundi 27 août 2012

Bière qui mousse ne saoûle pas masse

Pour bien préparer l'Oktoberfest qui débute d'ici un mois, cette entrée sera consacrée à la fabrication de la bière artisanale, et en particulier du lambic.

Le lambic s'oppose ici à la bière industrielle, où les brasseurs ajoutent au moût des levures (en général récupérées sur des brassins des années précédentes) afin de catalyser considérablement le processus de fermentation et obtenir par ailleurs des bières très uniformes en goût d'une saison à l'autre.

On peut résumer la fabrication de la bière artisanale en cinq étapes :

  1. fabrication du moût
  2. ébullition
  3. refroidissement et fécondation par levures sauvages
  4. mise en barrique et fermentations
  5. embouteillage et stockage
Fabrication du moût

Du froment et de l'orge malté[1] sont mélangés dans un concasseur en proportion d'environ 1:2 et broyés. C'est une étape soigneusement contrôlée, car une mouture trop fine est néfaste à la qualité de la future filtration, tandis qu'une mouture trop grossière diminue le rendement. Les amidons des céréales ne permettent pas d'obtenir directement un produit alcoolisée, il est dès lors nécessaire de les convertir préalablement en sucres simples (maltose et glucose).

Pour cela, la mouture résultant du concassage est plongée dans de l'eau chaude et brassée à l'aide d'un mélangeur dans une grande cuve, le brassin[2]. La mixture d'eau et de gains atteint progressivement (quelques heures) plus de 70 degrés, ce qui entraîne un processus de saccharification, la transformation des amidons des céréales en sucres "fermentescibles" et en dextrines. Le mélangeur est ensuite arrêté pour permettre à la matière de décanter.

De l'eau chaude est ensuite filtrée à travers les matières premières, elle entraîne avec elle les sucres du malt et du froment (il est possible qu'il s'agisse d'un processus similaire au filtrage de la mouture de café par l'eau chaude par percolation). Le liquide obtenu est le moût, il est recueilli dans un bac et transféré à une cuve de cuisson. Les résidus de céréales peuvent être utilisés pour l'alimentation du bétail.

Ébullition

Du houblon suranné (environ 5% de la quantité initiale de froment) est ajouté au moût dans les cuves de cuisson. Le moût est ensuite porté à ébullition pendant trois à quatre heures, ce qui provoque une stérilisation du liquide. L'évaporation de l'eau engendre une réduction du volume du moût et une augmentation de sa concentration des sucres. Ceux-ci seront transformés plus tard en alcool et en CO2 pendant la fermentation (le titre alcoolique de la bière augmente avec cette concentration en sucres). Le moût est alors pompé vers un bac refroidissoir en transitant par un bac intermédiaire où le houblon est filtré.

Refroidissement et fécondation par levures sauvages

Le moût est refroidi dans une cuve jusqu'à atteindre une température idéale de 18 à 20 degrés. Cette opération naturelle se déroule la nuit, en saison froide. Pour cette raison le brassage s'effectue de fin octobre à début avril.

Une multitude de ferments sauvages (bactéries acétiques et lactiques, levures), véhiculés par l'air et spécifiques à la pièce où se déroule le refroidissement commencent à ensemencer le moût dès que sa température passe en dessous de 40 degrés.

Mise en barrique et fermentations

Depuis le bac refroidissoir le moût est acheminé vers des tonneaux en bois, généralement déjà utilisés par des vignerons, où débute naturellement après quelques jours le processus de fermentation. Pour fabriquer un lambic, il s'agira d'un processus de fermentation spontanée, par opposition à un processus de fermentation stimulée[3] dû à l'ajout artificiel de levures par les brasseurs.

Au départ la fermentation est violente et libère beaucoup de dioxyde de carbone (CO2) sous forme de mousse. Trois à quatre semaines plus tard, la pression est assez basse pour pouvoir fermer les tonneaux sans risque d'explosion ; commence alors la fermentation lente, avec le vieillissement du moût en barrique. Durant plusieurs années, certaines des levures assimilent les sucres non fermentescibles (dextrines), ainsi le lambic final contient moins de 0.2% de sucres. Le CO2 s'évapore progressivement à travers le bois des tonneaux, résultant en une bière non-moussante.

Embouteillage et stockage

Finalement la bière est mise en bouteille et stockée durant plusieurs mois dans des caveaux, où les sucres des lambics conduisent à un processus de refermentation ; le lambic devient alors moussant. C'est ainsi que naît la Gueuze.

Les informations proviennent essentiellement du musée bruxellois de la Gueuze, vitrine culturelle de la brasserie Cantillon.

Le site Univers Bière propose également des informations et ressources sur le brassage amateur.

Pinte de bière

Deux bières égalent un steak.

Proverbe allemand

Notes

[1] Pour transformer de l'orge en orge malté, le "malteur" fait germer des grains d'orge par trempage ; ceux-ci vont synthétiser des enzymes qui transformeront les amidons en sucres lors du brassage. La germination est stoppée par "touraillage", c'est-à-dire par déssèchement des grains à l'aide d'air chaud.

[2] Le ''brassin" est également le nom donné au contenu de la cuve (le brassin du brasseur correspond à la fournée du boulanger).

[3] Parmi les bières à fermentation stimulée, c'est-à-dire pour lesquelles le moût est ensemencé avec des levures de culture ajoutées, on distingue la fermentation basse (Pils, Pressions), où le moût bouillant est refroidi aussi vite que possible à 8-10 degrés, et la fermentation haute (Trappistes, Abbayes), qui se déroule à 15-20 degrés, et où les levures remontent avec les mousses pendant la fermentation.

lundi 11 juin 2012

Le procès du singe

Juillet 1925. John Scopes est accusé d’avoir enseigné à ses élèves la théorie de l’évolution. La petite ville de Dayton, Tennessee, va vivre l’un des plus célèbres procès de l’histoire américaine : le procès du singe, ou Scopes trial. L'enjeu : l'enseignement de la théorie de l'évolution, du dessein intelligent, et les interférences entre droit et religion sur le terrain de l'éducation.

L'introduction de l'article susmentionné est la suivante :

Replongeons-nous dans le contexte. Nous sommes au beau milieu des twenties : prospérité économique, progrès scientifique et technologique, Betty Boop, nous voilà au coeur des années folles ! Cependant, au delà de l'insouciance, la barbarie de la Première Guerre Mondiale a montré que les progrès scientifiques n'étaient pas uniquement bénéfiques. En outre, on assiste à des phénomènes inquiétants : les jupes des jeunes filles, par exemple, se rapprochent dangereusement du genou !

Pour certains, ces changements sont les preuves d'un profond malaise. La barbarie guerrière et la légèreté des moeurs ont un responsable : Darwin. Quel rapport, me direz-vous, entre Darwin et la guerre ? Plus encore, quel rapport entre Darwin et les jupes ?

Darwin, sans jamais se prononcer sur l'origine première de la vie, a prétendu que les hommes et les singes partageaient un même ancêtre, par un processus lent et graduel. Des questions d'ordre métaphysique se posent alors : quelle différence y a-t-il entre un homme et un singe ? A quelle étape du processus de "descendance avec modification" est apparue l'âme humaine ? Finalement, l'homme ne serait-il qu'un animal, une bête répondant à ses instincts primaires ?

La Bible, elle, propose une toute autre vision. Elle prétend que l'homme a été créé par Dieu. L'homme est donc un être unique, moralement supérieur aux animaux, et investi d'un devoir divin. Selon les fondamentalistes protestants, ces deux visions sont incompatibles. Il serait même urgent de se regrouper autour des valeurs fondamentales de la tradition chrétienne. Dans cette optique, Darwin et sa théorie sont, finalement, les ennemis de la moralité.

L'article poursuit plus loin :

La société américaine est donc tiraillée entre l'appel du progrès et le retour aux sources. L'État du Tennessee prend parti en 1925 avec le "Butler Act", loi qui interdit d'enseigner "une théorie qui nie la Création divine de l'homme telle qu'elle est enseignée dans la Bible et qui prétend que l'homme descend d'un ordre inférieur d'animaux".

L'ACLU (American Civil Liberties Union) réagit immédiatement. Inquiétée par l'obscurantisme et l'intolérance d'une telle législation, elle met en place un stratagème pour casser cette loi. Aux États-Unis, si un citoyen se fait arrêter pour avoir violé une loi, il peut demander à ce qu'un magistrat examine si celle-ci est constitutionnelle ou non. Au terme d'un processus juridique, la loi peut aboutir jusqu'à la Cour Suprême, qui peut alors la casser.

C'est sur cette procédure que compte s'appuyer l'ACLU, mais pour cela il lui faut un enseignant qui accepte de violer la loi. Et quoi de plus simple, pour recruter, que de passer par les petites annonces ?

Un homme d'affaire de Dayton tombe justement sur l’annonce de l’ACLU. Intéressé, il se dit qu'un procès serait un bon coup de pub pour sa ville d'adoption — sans parler des retombées économiques ! Il s'arrange donc, avec d’autres notables locaux, pour convaincre le nouveau professeur de sciences naturelles, John Thomas Scopes.

Une fois le marché conclu, l’homme d’affaire alerte les autorités, faussement scandalisé : un professeur enseignerait à ses élèves que l’homme descend du singe !

S'en suivit un procès qui fut à la fois ennuyeux et spectaculaire (un peu comme le fut le match Anand vs Gelfand). On considère généralement que Clarence Darrow, avocat de Scopes, a gagné le procès, grâce notamment à son somptueux interrogatoire de son adversaire, mais un détail technique l’empêchera finalement d’aller jusqu’à la Cour Suprême. Le Butler Act restera en vigueur jusqu’en 1967...

À noter que Clarence Darrow se rendit également célèbre par son rôle dans l'affaire Leopold & Loeb : il sauva deux personnes de la peine de mort pour kidnapping et meurtre d'un enfant, en argumentant que parfois l'influence de l'environnement au détriment du libre-arbitre était telle qu'elle rendait ses victimes pénalement irresponsables.

vendredi 11 novembre 2011

La lumière bleue

Quel est le point commun entre : l'éclairage bleu d'une boîte de nuit, les fenêtres hautes d'une salle, une large avenue à Paris, et un banc public avec accoudoir central ?

Facile : ces designs nous améliorent la vie. Avec un éclairage bleu nous avons l'air plus beaux, les fenêtres hautes optimisent l'ensoleillement d'une salle, dans une avenue large nous pouvons circuler plus fluidement, et un accoudoir central sur un banc permet à davantage de personnes de s'accouder, ce qui est bien plus confortable. C'est bien ça ?

Pas du tout.

Dans les toilettes publiques suisses, comme dans de nombreuses discothèques et bars, et sous certains ponts, la lumière est bleue. Il n'y a pas de but esthétique, l'objectif de l'éclairage bleuté est d'empêcher les toxicomanes de distinguer leurs veines lorsqu'ils essayent de se piquer. Similairement, un éclairage rose est aussi utilisé dans certains endroits pour dissuader les adolescents d'y venir car... la lumière rose met en valeur l'acné[1].

À l'école, les élèves ont tendance à être distraits par les événements extérieurs, et regardent souvent par la fenêtre d'un air rêveur. Qu'à cela ne tienne, disent les architectes, il suffit de placer les fenêtre plus en hauteur, et le problème est résolu.

Georges-Eugène Haussmann fit construire de grands axes à Paris, afin, entres autres, d'empêcher d'éventuels révolutionnaires d'ériger des barricades et de bloquer la ville, ce qui est bien plus simple dans des rues étroites. Il y a donc une idée sous-jacente de contrôle des foules.

Quant à l'accoudoir central des bancs publics, il servent à éviter que des gens s'allongent dessus. Les municipalités font d'ailleurs preuve d'une imagination débordante pour empêcher les SDF de dormir sur les bancs.

Banc public Belson

Au final, le point commun est le suivant : le design vise à influer sur le comportement d'une certaine catégorie de la population. Il s'agit d'éléments d'architecture de contrôle.

Notes

[1] Pour éloigner les jeunes, d'autres dispositifs ont été imaginés, tel le mosquito, qui émet des hautes fréquences que les adultes n'entendent pas. Cela a même été implémenté en Suisse !

lundi 31 octobre 2011

Nous n'utilisons que 10% de notre cerveau

Dans les soirées un peu New Age, on tombe toujours sur quelqu'un qui l'affirme : chacun de nous n'utilise que 10% de son cerveau, qui a donc un potentiel bien supérieur à ce qu'on imagine. Si la seconde partie est probablement vraie, la première est démentie par la science.

Les fMRI (functional Magnetic Resonance Imaging, i.e. Imagerie par Résistance Magnétique fonctionnelle) et PET (Positron Emission Tomography, i.e. Tomographie par Émission de Positrons) mettent en évidence que quasi-toutes les zones du cerveau (qui n'auraient pas été endommagées suite à un accident) sont actives dans toutes les conditions (sommeil, éveil...). Donc, nous utilisons en permanence presque 100% de notre cerveau.

Alors que dire à quelqu'un qui affirme que nous n'utilisons que 10% de notre cerveau ?

  1. Alors quels sont les 90% inutilisés ?
  2. Si tu acceptes une ablation des 90% que tu n'utilises pas, je te donne 1000 €.

L'origine de ce mythe est peu claire. Il fut un temps où des soi-disant personnes aux capacités extra-sensorielles affirmaient qu'elles, contrairement à nous pauvres humains ordinaires réduits à 10%, pouvaient utiliser 100% de leur capacité cérébrale, ce qui leur permettait de justifier leurs pouvoirs extraordinaires. D'autres personnes se basaient sur cet argument pour vendre une alléchante méthode permettant de passer de 10% à 100%...

Source : B.L. Beyerstein, Whence Cometh the Myth that We Only Use 10% of Our Brains? in Mind Myths. Exploring Popular Assumptions about the Mind and Brain edited by S. Della Sala, Chichester: John Wiley and Sons, pages 3-24, 1999.

Cela étant dit, on peut aussi voir cela d'une autre perspective. Si ce genre d'assertions, indépendamment de leur véracité, encourage à utiliser davantage son cerveau pour se rapprocher de son potentiel, de même que les concepts de Père Noël ou de paradis encouragent à être attentionné, alors il devient évident que nous n'utilisons effectivement que 10% de notre cerveau.

We are making use of only a small part of our possible mental and physical resources.

William James, The Energies of Men (1908)

lundi 10 octobre 2011

D'où provient le symbole du pacifisme ?

Le symbole du pacifisme provient du mouvement anti-nucléaire britannique. Il a été conçu à la fin des années 1950.

Le mouvement anti-nucléaire était symbolisé par la représentation en sémaphore des lettres ND (pour Nuclear Disarmament, i.e. désarmement nucléaire).

Symbole de la paix (ND)

Cela a résulté en la construction d'un symbole pour la paix, qui fut amené à être reconnu universellement.

mercredi 21 septembre 2011

Pourquoi les pirates ont-ils un bandeau ?

Alors que le Piratenpartei allemand vient de faire son entrée au Parlement du Land de Berlin, posons-nous cette question cruciale : pourquoi les pirates portent-ils un bandeau (ou cache-oeil) ? En fait, cette question en appelle une autre.

Quel est le point commun entre un pompier, une infirmière, un contrôleur aérien, un membre du GIGN, et un joueur de bonneteau ?

Réponse : lorsque la situation change, ils doivent être capable de réagir très vite. La plupart du temps ils suivent un protocole minutieusement préparé et répété.

Très bien, mais quel rapport avec les pirates ? Pour le comprendre, mettons-nous en situation.

Vous êtes un pirate, et vous naviguez au large des océans azurs des Caraïbes. C'est une journée magnifique, le soleil brille. Soudain, un voilier surgit. Une cible potentielle, donc. Vous le poursuivez, et après être arrivé à sa hauteur, vous lancez l'abordage.

Une fois sur le bateau adverse, vous pourchassez le capitaine. Celui-ci s'enfuit sous le pont, et il fait très sombre. Et là, il est considérablement ralenti, car le temps que ses yeux s'habituent à l'obscurité, il se cogne et trébuche régulièrement. Mais vous, vous avez pris soin de basculer le bandeau sur votre autre oeil, et avez donc instantanément une bonne vision dans le noir, du fait que l'oeil initialement caché par le bandeau est en permanence accoutumé à l'obscurité. Vous gagnez ainsi les quelques secondes qui font toute la différence, celles que connaissent les infirmières et les membres du GIGN. Vous pouvez donc massacrer le capitaine en toute tranquillité et conquérir le navire.

Simple et efficace.

Un pirate