Une bonne nouvelle dans le petit monde des ressources humaines : on commence à comprendre que le quotient intellectuel n'est pas une bonne mesure d'intelligence[1]. Ainsi se multiplient les métriques censées évaluer les aptitudes d'un individu (comme au football).

  • le quotient intellectuel (intellectual quotient IQ), est en quelque sorte une mesure d'aptitude à la reconnaissance de motifs, comme les tests de Bongard.
  • le quotient émotionnel (emotional quotient EQ) est lié aux émotions ressenties, personnelles et d'autrui. On parle par exemple de «la capacité émotionnelle d'une cuiller à café».
  • le quotient moral (moral quotient MQ) est une sorte de mesure éthique individuelle, ayant trait à l'intégrité, la probité, et la capacité à pardonner.
  • le quotient corporel (body quotient BQ) calcule le rapport avec le corps. Car le rapport au matériel n'est peut-être qu'une métaphore de considérations plus profondes.
  • le quotient culturel (cultural quotient CQ) évalue la culture générale, ce qui reste quand on a tout oublié.

Se contruisent aussi bien sûr des quotients un peu New Age comme le quotient de curiosité, le quotient passionnel, ou le quotient spirituel.

Après, il convient de distinguer les atouts qui font un bon employé de ceux qui facilitent le succès dans la vie. La différence est considérable.

Notes

[1] Par contre, le quotient intellectuel est une bonne mesure de la capacité à réussir aux tests de quotient intellectuel.