Radjaïdjah Blog

Mot-clé - psychologie

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 19 novembre 2021

The possibility of a hyperstition

According to Nick Land, hyperstition is a positive feedback circuit including culture as a component. It can be defined as the experimental (techno-)science of self-fulfilling prophecies. Superstitions are merely false beliefs, but hyperstitions – by their very existence as ideas – function causally to bring about their own reality.

lundi 26 juillet 2021

The White Door

The White Door is the latest game by Rusty Lake. A rabbit hole actually.

vendredi 7 mai 2021

The possibility of an extitution

The point is, not to resist the flow. You go up when you are supposed to go up. And down when you’re supposed to go down. When you’re supposed to go up find the highest tower and climb to the top. When your are supposed to go down find the deepest well and go down to the bottom. Haruki Murakami, The Wind-Up Bird Chronicle (1997)

In Feÿ Castle (Burgundy, France) there is a well, a deep well. One of the kind which makes you realize: it would be a great idea to bury a time capsule at the very bottom.

Fey::well

Gravity law is hard, but it is the law.

Living for a few days with the Feÿtopian tribe in the Feÿ Castle is akin to an immersion inside a a strange mix between a digital Kibbutz, Abbaye de Thélème, and Rusty Lake.

Just to illustrate this, the utopian Thelemite motto in Rabelais’ Gargantua Faÿ ce que vouldras (do what you’ll wish) leads to a fringe and tempting theory: the name Feÿ is simply a disguised version of Faÿ, and this very naming is a purposeful indication that it was always in the mind of the founders that this noble castle should at a later stage become a phalanstery.

Fey::rusty

Mr Crow and Mr Deer from Rusty Lake.

Living in the Feÿ community brings a number of interrogations, as people do their best to be kind one to eachother.

Great public benefits arise from private virtues but isn’t it true that greater public benefits arise from private vices, as Mandeville described in the Fable of the Bees? Probably this is a question of dimension, of critical size.

On the Feÿ domain stands a beautiful forest. Sometimes the color tone can transition from spring green to viridian. Sometimes it is also easy to get stranded or floored there, however with lysergic power comes lysergic responsibility and collective nurturing helps prevent such fate to happen. Sometimes in the forest the infamous Codex Serafinianus helps to remind why Nature imitates Art. Sometimes in the forest you can see the music of the spheres.

Now it becomes a bit clearer. Individual oscillate in life, and one of the purpose of communities is to enter a collective mode of vibration. In other words, resonance. This is also what religion has been trying to achieve. Religion, seen as a collective hallucination or as a collective realization or as a collective construction (whatever the difference between the three might be).

Fey::thailand_buddhists_monks

Did I say “opium”? Sorry I meant “acid”. --Karl Marx

And here comes the Elephant in the forest.

A group of blind men heard that a strange animal, called an elephant, had been brought to the town, but none of them were aware of its shape and form. Out of curiosity, they said: "We must inspect and know it by touch, of which we are capable". So, they sought it out, and when they found it they groped about it. The first person, whose hand landed on the trunk, said, "This being is like a thick snake". For another one whose hand reached its ear, it seemed like a kind of fan. As for another person, whose hand was upon its leg, said, the elephant is a pillar like a tree-trunk. The blind man who placed his hand upon its side said the elephant, "is a wall". Another who felt its tail, described it as a rope. The last felt its tusk, stating the elephant is that which is hard, smooth and like a spear.

Now it becomes clearer: the concept of extitution is here to enhance the perceptual set of social groups and communities, and therefore to act on them.

If tokens can be considered as bottom-up, extitutional currencies, is a related point to consider.

A challenge of adulthood is: how to move oneself gracefully in the fluid of life? In “The possibility of an Island”, the author quotes Arthur Schopenhauer: "human existence resembles a theatre performance which, begun by living actors, is ended by automatons dressed in the same costumes."

So it might be the case that extitutions offer to transform into life magicians.

Fey::truckin

Today a young man on acid realized that all matter is merely energy condensed to a slow vibration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream, and we are the imagination of ourselves. And here’s Tom with the weather. --Bill Hicks

In conclusion, after spending a few days in the Feÿ Castle for an extitutional workshop, and acknowledging its spiritual gravity, one can ask: is it an autotelic journey, or is it for higher purposes?

But of course, one can ask the same question for their life: is life autotelic or for higher purposes?

vendredi 19 février 2021

Lucid

Lucid-Dreaming

This short entry is not about CCIV but is meant to inform of a real-time dialogue between experimenters and dreamers during REM sleep.

lundi 25 janvier 2021

SPACompliqué - faut-il investir dans les SPACs ?

Vous connaissez Ark Invest ? Ce fonds d'investissement spécialisé en innovation disruptive[1] a plusieurs composants : ARKK (innovation tech), ARKQ (robotique), ARKW (Internet), ARKG (génomique), et ARKF (fintech). Tout récemment, l'annonce par sa charismatique CEO Cathie Wood de la création future d'un nouveau fonds ARKX spécialisé dans l'exploration et la technologie spatiale a fait bondir le cours de l'action Virgin Galactic, la société du milliardaire Richard Branson spécialisée dans l'exploration spatiale humaine.

Or, ce qu'il y a de rigolo avec Virgin Galactic, c'est la manière originale avec laquelle cette boîte est entrée au New York Stock Exchange. En juillet 2019, alors entreprise non cotée en bourse, elle annonçait son intention de fusionner avec la société Social Capital Hedosophia de Chamath Palihapitiya (Chamath pour les intimes[2]). Trois mois plus tard l'accord était signé par les deux parties et voilà VIrgin Galactic était cotée, avec un joli symbole SPCE. Social Capital Hedosophia était un SPAC, de symbole IPOA.

Un SPAC (Special Purpose Acquisition Company) est une société-coquille dont l'unique but est de lever des fonds afin de fusionner avec une entreprise. Investir dans un SPAC, c'est en quelque sorte donner quitus à ses dirigeants afin qu'ils trouvent une bonne entreprise avec qui fusionner. Acheter des parts d'un SPAC est donc une forme d'investissement par procuration.

Note : le Radjaïdjah Blog ne propose bien sûr pas de conseils financiers en quoi que ce soit.

Notes

[1] Ark Invest a aussi une unité de recherche ; ainsi en est-il pour ce rapport sur Bitcoin.

[2] Après l'accomplissement de son programme de 26 SPACs IPOA-IPOZ, on peut imaginer Chamath un jour à la Maison Blanche.

Lire la suite...

vendredi 22 mai 2020

Kalsarikänni Times or A Path to A Societal Apax

During these challenging C19 times, people stay at home and, as in The Little Prince, drink to forget. Now, because they are at home, no need do dress formally, or better, no need to dress at all.

The Finnish language has a word for that: Kalsarikänni (it describes the specific Scandinavian behavior consisting in absorbing alcoholic beverages in order to of get drunk at home in underwear).

Now, this word is not immediatly translatable, as its meaning is unique to the Finnish language. Any direct linguistic transposition would be lost in translation.

A gamified way to discover such words and expressions is the Sticky Terms application by Philipp Stollenmayer.

Tenants of the weak Sapir-Whorf hypothesis could even argue that untranslatable words from a language embody its spirit.

Now, let's see another facet. What is the common feature shared among the Hebrew words Gevina (cheese), Zechuchith (glass), and Sfarad (Spanish)?

These words appear exactly once in the Tanach (the Bible, to simplify), hence they are difficult to translate.

In linguistics, words appearing with only one occurrence within a corpus (such as the Old Testament, or the literary writings from an author) are called apax legomenon (from ancient Greek άπαξ λεγόμενον, "told once").

Because of its unicity, an apax is somehow a separation, a cut within a text. There is a before, and an after. Like the inverted nuns (׆) in the Torah (Numbers 10:35–36).

The musicologist Wladimir Jankelevitch extends this notion of linguistic apax (single occurence of a peculiar term within a literary corpus) or semantic apax (unique meaning of a term within a peculiar context) to the one of existential apax.

The original essence of this concept is that every moment in a life is an apax. It is a frame, unique, and therefore needs to be enjoyed and cherished.

A variation of the existential apax is that when a once-in-a-lifetime event occurs, it might lead to internal realization and dramatic changes in life. For example, for an individual, the emergence of a disease such as cancer can lead to definitive priority shifting.

But one could also imagine a collective version.

Despite all negative consequences, Covid-19 might arise as a societal apax.

mardi 19 mai 2020

Propédeutique des échecs conversationnels

La finale 2020 du tournoi échiquéen "Banter blitz Cup" opposant l'iranien Alireza Firouzja (16 ans) au norvégien Magnus Carlsen (meilleur joueur de tous les temps), en ligne -C19 oblige-, signale peut-être l'avènement de nouvelles méthodes d'enseignement.

Le principe du "banter blitz" étant non pas de jouer à la parlante comme à la belote face à ses adversaires, mais de réfléchir à haute voix en streaming.

Le blog Echecs 64 souligne : Le plus génial dans ce match, c’est que l’on pouvait suivre le processus de pensée des champions. (...) Carlsen et Firouzja commentaient leurs parties en 3 min ! Fabuleux. On voit comment les champions raisonnent, à quelle vitesse ils calculent et surtout leurs incertitudes. La plupart du temps, dans certaines positions, « ils ne savent pas » si c’est avantageux. En revanche, ils savent éliminer les coups ou « n’aiment pas » certaines positions coups.

Cadeau : lien pour (re-)voir les parties avec commentaires simultanés :

Finale 2020 Firouzja vs Carlsen

Cette approche ouverte de diffusion de tournois, inspirée des jeux vidéos, a probablement d'autres horizons pédagogiques que les échecs.

vendredi 20 mars 2020

Vivons un peu en attendant la mort

c19_dbz.png

Alors que le coronavirus se répand dans le monde et Covid-19 la maladie associée avec, quelques ressources pédagogiques :

Éducation / Moocs

Pédagogie pour enfants

Ressources pour les 6-10 ans

Jeux d'intérieur

Logiciels de vidéoconférence

Réseaux d'entraide

Note : les liens sont sporadiquement mis à jour.

lundi 22 octobre 2018

Stacker, the illusion of control

Stacker is a popular arcade game designed and manufactured by LAI games and commercialized by entertainment distribution companies[1]. It is a successor of Claw cranes.

Stacker Machine

The goal of the game is to align rows of moving blocks on top of each other. A player who can stack eleven rows will win a minor prize, which is usually low in value, sometimes lower in value than the amount of money the player paid to play the game. A player who gets to the top row wins a major prize. The major prize varies from machine but will often include game consoles, cellular phones, and MP3 players.

The gameplay is the following. There is a row of three cubes which move side to side on the screen, at the first row. When the player pushes the start/stop button, the row of squares will stop. Then, another row of three moving squares appears above the previous row, moving faster than the one before it. If the squares do not align directly above the previous set, any overhanging squares will be removed. If the player misses completely, the game is over. The number of available squares is automatically reduced to two, then one, during the game. The goal is to consistently get the squares directly above the previous set, "stacking" them to the minor prize and ultimately major prize levels.

In a typical game, what is observed is the following. The player easily manages to get to the minor prize level, refuses it and carries on. At this point three consecutive successful moves lead to winning a major prize. But from now on, the unit to align with the stack is a single block. Usually if the player is focused enough, he achieves to stack the next block and the penultimate one, however stacking the last one fails by a very small fraction. As a result the player loses his coin. And because he was so close to win, he might want to try again, with the same outcome.

The most interesting part is the last step, the one leading in general to a game loss.

Why does the so far very skilled player lose at the last step? Is it the pressure of winning a phone? The answer is: because the last step is different. It looks the same as the previous ones, but it is not.

Pressing the stop button while the last single block is displayed at the correct position does not necessarily leads to a win. In fact most of the times it leads to a loss, and a posteriori the block is displayed mis-aligned with the stack. Only in certain specific cases a win will be obtained.

LAI Games Stacker operator's manual describe all the internal parameters the owner can set to configure the machine. One of these operators is "P10 = Skill Setting (Major price)", whose description is (Default 8) (Adjustable 1 – 10) This option sets the Skill level for players to reach the Major Prize level, as listed in the table below. As this is a skill game the win rate is only the approximate rate for each difficulty setting. Follows then the corresponding options, with P10 = 1 implying approx 1 win in 20 games, whereas P10 = 10 implying approx 1 win in 800 games. This parameter does not affect the displayed game at all, "P08 = Cube Speed" is a different parameter.

In practice, Stacker behaves as the following. For the sake of simplicity, let's imagine that all players are super skilled (they always press the stop button when the last block is correctly aligned), and that P10 = 8 (approx 1 win in 400 games). Instead of having all players win, only 1 over 400 will win. How to achieve this? Once could propose to throw a 400-side dice to decide if a game is a win, but the skill aspect of the game would be instantaneously lost. A more elegant way to do it is to define ''concretely winning states" as a subset of "appearantly winning states", like the following pseudo-code does:

if block is well aligned:
    if internal_timer_in nanoseconds % 400 == 0:
        proceed to winning
    else if stop_button was pressed before block_duration / 2:   
        move displayed_block to previously_displayed_block
    else:
        move displayed_block to next_to_be_displayed_block
    proceed to losing

This is compatible with purported LAI's statement that Stacker is "100% a game of skill and although it is very difficult, every game played can be a winning game".

However, this theoretically skill game is in practice a luck game, so Stacker is practically a gambling machine. This great video comes to the same conclusion for another arcade game, Cyclone.

Psychologically, having the player close to winning but finally losing is part of the design of this arcade game. Stacker operator's manual describes the machine as a bright and attractive display, simple but exciting game play and a real “Ahh! Just missed” feeling. Indeed the player can see that he was very close, and the belief that the loss is due only to a very tiny amount of bad luck triggers the envy to replay with the confidence to be more accurate next time and win. In reality it can be said that the progressive feelings of self-esteem building with the initial successes, frustration while losing by a near-miss, and hope while deciding to replay, have been entirely engineered by the game designers. You see a game that you control, you live a game who controls you.

Let's conclude with LAI Games' motto: Fun and Profits Go Hand-in hand.

Note

[1] Stacker is not commercialized anymore. It has been superceded by Mega stacker, with tips to buyers to improve its performance (i.e. revenue).

lundi 15 août 2016

Clefs privées : attrapez-les toutes

Note : cet article est pour le moment plus une trame qu'autre chose, il sera mis à jour.

Une clef privée Bitcoin, c'est quoi ? C'est simplement un nombre de 256 bits. Il y a 2^256-1 c'est-à-dire environ 10^77 clefs privées. Tout nombre de 256 bits, c'est-à-dire tout nombre entre 0 et 2^256 (sauf 0), constitue une clef privée.

Le secret d'une clef privée est uniquement sa valeur. Donc, choisir une clef privée simple, c'est prendre le risque que quelqu'un la trouve et transfère les bitcoins susceptibles d'y être indexés.

Une clef privée "simple", c'est quoi ? Par exemple :

0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0000 0001

FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF FFFF

Disons, des clefs de faible entropie binaire.

Autre exemple : les brainwallets basiques[1]. Par exemple :

$ echo -n bitcoin|sha256sum|cut -d ' ' -f 1
6b88c087247aa2f07ee1c5956b8e1a9f4c7f892a70e324f1bb3d161e05ca107b

$ echo -n monkey|sha256sum|cut -d ' ' -f 1
000c285457fc971f862a79b786476c78812c8897063c6fa9c045f579a3b2d63f

Disons, des hashs de mots du dictionnaire, rapides à inverser avec des rainbow tables. Le deuxième exemple a pour adresse 145d1kjpDo55zVWTUVphYXm8ovNfMw55Jn, qui a visiblement été utilisée.

brainflayer est un logiciel écrit par Ryan Castellucci, dont la tâche est de :

  1. calculer les clefs privées générées à partir de mots du dictionnaire, via des algorithmes simples (sha256, etc)
  2. chercher lesquelles des clefs publiques correspondantes sont dans une liste de clefs publiques donnée en argument (l'algorithme de recherche utilise un filtre de Bloom probabiliste pour gagner en vitesse)

À titre d'exemple le court fichier example.hex donné contient des clefs publiques de brainwallets générées simplement par sha256 de certains mots du dictionnaire anglais.

Les premiers tests de ce logiciel, effectués dans un but pédagogique, ont donné des résultats édifiants : Stealing bitcoin with maths.

Pour implémenter plus efficacement le concept de brainwallet, 3 éléments sont à prendre en compte :

  1. la complexité du mot de passe (password entropy) (loin d'être simple)
  2. le salage du mot de passe pour individualiser les hashs (password salting) (pour contourner les rainbow tables)
  3. la vitesse d'exécution de l'algorithme de hachage (key stretching) (sans comparaison douteuse, plus ça prend de temps mieux c'est)

Et c'est cette approche que suivent par exemple les warp wallets.

Note

[1] Autre cas, un programmeur malintentionné d'un générateur d'adresses vanity (même hors-ligne) peut très bien s'arranger pour que les clefs privées des adresses engendrées soient facilement retrouvables, ne serait-ce qu'en scannant les clefs privées candidates à partir d'une clef quelconque qu'il connaît et que le programme utilise comme point de départ.

mardi 19 janvier 2016

Générateur de générateurs

Les aficionados d'art aléatoire trouveront ici une liste de générateurs de textes, sur divers thèmes. Le but de cet article étant de constituer une collection de qualité de littérature générative combinatoire.

À tout seigneur tout honneur, viennent en premier les champions des discours creux, les politiciens.

Ce générateur de langue de bois, fidèle aux enseignements de l'ENA (École Nationale d'Administration), produit des discours politiques que pourrait tenir tout ministre en exercice.

Exemple de -long- discours politique produit par le générateur de langue de bois Exemple de -long- discours politique produit par le générateur de langue de bois

Mesdames, messieurs,

la démocratie participative doit réunir les atouts d'une majorité parlementaire qui responsabiliserait sur l'urgence écologique. Je désirerai que vous jaugiez que la formidable complémentarité des différents courants artistiques doit correspondre aux directives indispensables préalablement établies afin de poursuivre l'effort plus que légitime d'une recherche de la meilleure solution possible. Dès lors, sachez que je me battrai pour faire admettre que la complexité de la réalité Française encourage mon attrait avéré de progresser dans la direction d'un rassemblement des conditions de base pour construire sa vie et envisager son avenir. Aujourd'hui, je voudrais vous dire que la vrai question qui nous est posée en terme de maintien des acquis sociaux doit permettre la libre expression d'un plan correspondant véritablement aux exigences légitimes de chacun. Il faut savoir que la situation réelle doit mettre un coup d’arrêt au sentiment de fuite en avant d'une évolution quoiqu'il arrive indispensable à la préservation de notre mode de vie. J'aimerai que vous mesuriez avec discernement que l'effort prioritaire en faveur du statut précaire des exclus a pour effet voulu la pressante exigence d'une intelligence collective où la République tiendra sa promesse égalitaire.

C’est fort de cette unité et fort de votre présence que je peux aujourd'hui m'adresser à vous en cet instant solennel pour vous dire que la nécessité de répondre à votre inquiétude journalière, que vous soyez jeunes ou âgés, efforce notre conscience à l'inéluctable constat d'une société où nous aurions tous notre place. Inutile de chercher à vous convaincre, vous qui savez déceler le vrai du faux, si j'affirme avec force que le particularisme dû à notre histoire unique se trouve déjà à l'étape avancée d'une France forte, riche et attractive. Je serai toujours le premier à assurer que l’élan populaire tourné vers notre avenir commun propose concrètement l'opposition résolue d'une décroissance tangible du nombre d’individus dans la fatalité. Vous ne mettrez pas ma parole en cause si j'exprime le souhait de pointer du doigt que le projet réaliste et ambitieux pour faire de la ville la capitale de toutes les solidarités doit nous mener au recueil ouvertement irrésistible d'une valorisation plus généreuse des moins aisés. Je dois vous avertir que le développement équitable doit parvenir à la comptabilisation mensuelle d'une valorisation sans concession de nos caractères spécifiques. Je lance un appel à toutes celles et ceux qui veulent entendre que l'intensité habituelle des difficultés de l’entreprise contraint la plupart d'entre nous à repenser les fondements d'un temps et d'une époque en phase avec les innovations afin de ne pas être dépassé.

Je dois vous informer que le reflet de l'idéologie du moment doit renouveler la responsabilisation protectrice et la dynamique d'un déploiement visionnaire revivifiant. La démarche est si importante que je peux attester sans difficulté que le droit fondamental des femmes permet la reconnaissance absolue d'un seul vrai recours qui dit qu'il faut faire son devoir au quotidien. Où que nous mène la dualité de la situation conjoncturelle, l'intégration sociale au profit de la vie associative des quartiers doit prendre en compte les préoccupations de la population de base dans l'élaboration d'un monde plus égalitaire où personne n'aurait la sensation d'être exclu par une société de plus en plus exigeante. Le constat est tel que je peux certifier sans mal que la République du respect encourage la diversité et la sensibilité d'un progrès considérable soutenu par l'entente des différents partenaires sociaux. De plus, vous savez pertinemment que la France généreuse doit s'intégrer à la finalisation globale d'un réaménagement dans lequel quiconque pourra en définitive reconquérir sa distinction. Il faut résolument admettre que la tradition attachée à notre mémoire consubstantielle génère la profonde réflexion d'un retard en terme de gestion de contenu qui peut être très facilement rattrapé.

Je demeure entièrement assuré que la conjoncture actuelle interpelle le citoyen que je suis et nous oblige tous à aller de l'avant dans la voie d'une impulsion avançant vers d’avantage de consentement. Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que l'escalade du coût de la vie, notamment en ce qui concerne les énergies fossiles atteint la restructuration profonde d'un avenir s'orientant vers plus de progrès et plus de justice. Beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore fait leur choix et pensent que le regain d'intérêt pour le paquet fiscal, nécessaire à l'augmentation du pouvoir d'achat pour tous entraine une mission somme toute des plus exaltante pour moi : l'élaboration d'une délégation ayant pour objectif la préoccupation de la totalité des problématiques de bon sens. Je garde la réelle conviction que la volonté farouche de sortir notre pays de la crise oriente la conscience collective dans la voie d'un mouvement cheminant vers plus d'unité. Je m'efforce sans relâche pour vous, afin que vous appréhendiez au mieux le fait que la mission qui nous a été confiée véhicule les valeurs d'humanisme d'une Europe socialement et économiquement redressée et capable de peser dans un mode multipolaire. Je confirme tout de suite que la société de consommation, telle que nous la connaissons, oblige à la prise en compte encore plus effective d'une France où les plus assidus seraient récompensés.

Je suis naturellement certain que la puissante divergence locale doit être au centre des débats d'une baisse effective du nombre de personne dans la détresse. Et c'est tout à fait sincère quand je déclare avec conviction que la sécurité des personnes connait, par définition, la tentation d'une rupture sans agitation partisane pour retrouver le chemin du vivre ensemble. En effet, c'est en toute prescience que je peux garantir présentement que l'aspiration plus que légitime de chacun au progrès social confirme l'inaliénable volonté d'une prise en charge complète des laissés pour compte. Il se trouve que la répercussion de l'augmentation récurrente des dépenses se concentre sur les citoyens et les forces sociales qui donne un nouvel élan à la France et qui rends possible, avec votre concours, les changements dont notre pays a besoin. Et c'est en toute honnêteté que j'atteste avec évidence que l'hégémonie du profit au détriment de l'humain a pour conséquence obligatoire l'urgente nécessité d'une exigence politique innovante. Et ce n'est certainement pas vous, mes chers compatriotes, qui me contredirez si je vous dis que la force et la richesse de la diversité guide le dialogue identitaire d'une France où collectivité rime avec solidarité.

Aujourd'hui encore plus qu'hier, personne ne me désavouera si je maintien que la réforme sur les régimes spéciaux nécessite de la majorité des Français qu'ils reconsidèrent le socle d'une prospection émérite, et c'est un symbole. Comme disent les Chinois : Qui n'est pas venu sur la grande muraille n'est pas un brave et qui vient sur la grande muraille conquiert la bravitude. Je ne peux affirmer le point de vue qui conduit à penser que la précaution essentielle de protection doit nous amener au choix réellement impératif d'un projet porteur de véritables espoirs, notamment pour les plus démunis. J'ose prendre des risques en vous disant que l'intelligence participative permet d'affirmer la prise de position résultante de l'ordre juste pour une France plus juste. Présentement, l'acuité des problèmes de la vie quotidienne pilote la clairvoyance fédérative sur la route de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires. Il m'appartient de vous prévenir que l'autorité juste justifie la démarche vertueuse d'une autorité permettant la meilleure cohérence possible. Par ailleurs, c'est en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourd'hui que l'identité nationale dans notre pays qui perds ses repères prend la direction conditionnelle d'un suivi plus humain des moins fortunés.

Vous appréhendez sans nul doute que la situation d'exclusion que certains d'entre vous connaissent réitère l'élan nouveau d'une focalisation qui se traduit par un choc de méfiance. De plus, vous connaissez certainement la situation qui mène à dire que la montée des dépenses basiques doit insister sur la rupture du lien social et sur le sentiment de vide d'une société politique n’entendant plus assez l'appel répété des français. Je reste fondamentalement persuadé que le processus de concertation au niveau national et local est l’orientation acquise d'une société où vivre mieux ne rime pas forcement avec travailler plus. Je compte sur vous, raison pour laquelle je vous confie que l'approche sociale dans notre pays justifie les subventions publiques d'un processus allant vers plus d'égalité. Je vous garantis sauf inconduite que la dynamique vertueuse doit conduire à l'ouverture intégrale d'un programme plus humain, plus fraternel et plus juste. J'ai depuis longtemps défendu l'idée que l'exceptionnelle diversité culturelle doit décider de l'avenir d'au moins deux générations compte tenu de la lourdeur d'un encadrement plus propice à l'instauration d'un climat de confiance.

Il faut opiniâtrement accepter que l'effort indispensable de défense véhicule les prémices d'une perception des prémices de la récession dans laquelle se trouvent distinguées des repères utiles. Actuellement, la forte disparité régionale doit être le stimulus d'une postérité allant vers essentiellement plus d’équité. Il est tout à fait normal que je vous dise que la refonte du pacte républicain fait ressortir le réel attrait d'un monde nouveau où chacun ira à son rythme et où nous attendrons ceux qui vont un peu plus lentement sans freiner ceux qui veulent accélérer. J'ai toujours pensé que l'évolution sans concession de notre mode de vie doit s'assimiler à la notion intacte d'une restructuration dans laquelle chacun pourra enfin retrouver sa dignité. Pourquoi devrais-je essayer de vous convaincre, il suffit de regarder les chiffres et de constater que ceux-ci illustrent bien que la juste récompense de la promotion sociale conforte mon désir incontestable d'aller dans le sens d'une force sereine et progressiste qui remettra notre pays sur le chemin de la réussite.

Mesdames, messieurs, je vous remercie de votre attention. Par la même soyez assuré de ma réelle implication et du caractère profond de mon engagement concrétisé ici par les mots pour vous offrir un monde meilleur et plus juste.

Application : Franck Lepage crée un discours en direct (source : Scop le Pavé).

Vient ensuite le monde de l'entreprise et son jargon corporate.

Pour les start-ups entrant dans l'univers capitaliste de la levée de fonds, Pitch French Tech vous aidera à construire quelques phrases pour attirer les investisseurs (utilisables dans l'acsenseur (elevator pitch) ou sur Twitter). Exemple : Notre idée de startup est simple, c'est le Foursquare du massage thaïlandais pour les mères célibataires. Notre but est de nous installer en Thaïlande et poster des photos, comme tous les autres. Dans une seconde étape vous pourrez montrer une superbe présentation à toute une assemblée de business angels grâce aux slides générés par pipotronic, fournisseur de contenu textuel pour vos powerpoints, réunions, plaquettes corporate....

La présentation sera avantageusement complétée par ce générateur de discours universels remplis de grandes phrases qui ne veulent rien dire.

Pour l'univers mystico-médical, un générateur de personnalité basé sur l'effet Barnum, applicable aux consultations psychiatriques, horoscopes, tarot, divination, boule de cristal, cartomancie, etc. Le même site offre un générateur de phrases absurdes et inutiles pour briller en société et épater vos amis, le blablator. (Les lecteurs chez qui la phraséologie mystique réveille une vocation de marabout pourront bien sûr bénéficier d'un générateur de carte de medium.)

Exemple de blabla new age généré par le blablator Exemple de blabla new age généré par le blablator

Il est connu  que l'état pathologique  repose sur une violation des lois ésotériques du vide cosmique qui couvre l'Univers et constitue sa gangue.

Il faut bien prendre en considération le fait avéré que la puissance des forces ancestrales de l'humanité représente une relativité ontologique inséparable d'une relativité énonciative, au sens axiologique, et n'est possible qu'à travers la médiation de machines autopoïétiques.

Au regard de ce qui précède, nous pouvons donc affirmer sans ambages que l'objectivité résiduelle est ce qui résiste au balayage de l'infinie variation des points de vue constituables sur lui.

Les adeptes du New Age anglophones pourront se tourner vers ce générateur cosmique.

Pour la vie personnelle et professionnelle, le site Flemmardise propose des générateurs de lettres d'amours pour femmes, pour hommes, de lettres d'insultes pour femmes, pour hommes, de lettres de ruptures pour femmes, pour hommes, et pour le monde du travail, de lettres de licenciement, et de lettres de démission pour femmes et pour hommes.

Enfin, pour les visiteurs les plus architectes, des générateurs de générateurs (meta-générateurs) : Charabia, et l'historique Dada Engine.

En conclusion, un poème généré par ordinateur :

Comptine aléatoire

vendredi 8 janvier 2016

Éducation Louba

Autant pour la science il y aurait à redire, autant en ce qui concerne la pédagogie le Rabbi de Loubavitch a des recommendations intéressantes sur la manière d'enseigner. Des principes qui pourraient presque s'appliquer à l'animation.

Quelques conseils sur l'éducation selon le Rabbi

(extrait de ''La Sidra de la semaine'' du 2 janvier 2016 du Beth Loubavitch)

  • Le professeur doit bien préparer son cours. Afin d’obtenir la discipline, il est essentiel de préparer des cours intéressants, en détails afin que chaque élève y trouve quelque chose qui le concerne. Poser des questions fait partie de l’arsenal qui permet de tester les connaissances de l’élève et développer ses aptitudes. Ainsi, chaque élève s’impliquera dans le cours et n’aura pas le temps de se dissiper et de perturber le reste de la classe. Pour résumer : préparer le cours bénéficie aussi bien au professeur qu’aux élèves.
  • Si les élèves ne se conduisent pas correctement, le professeur doit examiner son attitude qui est peut-être en cause afin d’améliorer la discipline et de rendre le cours plus intéressant.
  • Le professeur doit respecter les horaires ; s’il arrive en retard et n’accorde pas de valeur au temps, il envoie un très mauvais message à ses élèves. De plus, les élèves n’apprécient pas un professeur qui méprise leur temps : ils ne devraient pas avoir une minute sans travail. Même quand le professeur est occupé avec un travail technique, il doit veiller à occuper les élèves. D’ailleurs, même quand le professeur est occupé de son côté (par exemple quand il écrit sur le tableau), il doit continuer à surveiller d’un œil les élèves.
  • Le professeur doit rester calme et s’habituer à parler d’une voix normale, pas trop fort. Celui qui est nerveux et crie entraîne ses élèves à devenir nerveux et à crier. Celui qui reste calme pourra, s’il le faut, de temps en temps, élever le ton quand c’est nécessaire pour instiller la crainte chez ses élèves.
  • Le professeur doit adopter le principe talmudique : «la gauche qui repousse et la droite qui rapproche». Il ne doit pas trop faire rire ses élèves – ce qui peut affecter la discipline de la classe – mais se contenter, de temps en temps, d’une légère plaisanterie. Il doit aimer ses élèves et les aider mais garder son autorité et rester respectable à tout instant.

Source : Rav Yitzchok Upshol, Perspectives, traduit par Feiga Lubecki

mercredi 1 juillet 2015

5 dictons financiers

La plupart des débats en économie ou en finance présentent certaines similarités structurelles : lorsqu'il s'agit de revenir sur des évènements passés, tout le monde peut expliquer pourquoi ils se sont déroulés de la sorte, mais lorsqu'il s'agit de faire des prédictions, les experts se déchirent et à la fin le modérateur les remercie pour leurs brillantes analyses.

Ainsi le Radjaïdjah Blog pourrait se muer en expert économique et faire des prédictions du style :

Avec l'annonce d'un futur referendum en Grèce et la mise en place d'un contrôle des capitaux et de limites journalières des montants des retraits, les citoyens prennent conscience des limites de la confiance qu'ils peuvent accorder aux banques et vont chercher à se tourner vers des horizons où ils ont davantage de contrôle sur leur argent. Nous pouvons dès lors prédire un intérêt accru pour le Bitcoin et l'élargissement à court terme du marché. L'arrivée de nouveaux utilisateurs sur le réseau et la croissance de l'adoption, donc de la demande, vont naturellement faire monter les cours, il est donc recommandé d'investir maintenant car le Bitcoin est actuellement sous-évalué.

Afin que chacun puisse lui aussi jouer à l'expert économique, voilà 5 adages pour illustrer diverses situations. Merci à Antoine Zaccaria, RMM Diffusion, G. H. , Mickaël Mangot, auteur de l'ouvrage Les Comportements en Bourse - 6 erreurs psychologiques qui coûtent cher, pour leur dossier sur le sujet dans le magazine Les Echos.

Mettons-nous en situation : votre ami Robert vient de perdre soudainement beaucoup d'argent en bourse ; la cause : le cours de l'action Eurowarp. Vous le consolez, mais pour que pareille mésaventure ne se reproduise pas, vous allez lui prouver que la situation était prévisible.

Scénario 1

Le cours d'Eurowarp montait depuis des semaines. Robert s'est décidé à investir. Et voilà même que quelque heures après l'ordre d'achat, la valeur subit une sévère correction !

Votre explication : Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.

Extrait : Mis en lumière par les psychologues, le " biais de confirmation " est l'expression de ce travers très répandu. Plus généralement, il indique que le décideur est souvent tenté d'aller dans le sens de sa première impression, et pour cela effectue un traitement orienté des informations qu'il reçoit en surpondérant celles qui la confirment et en minorant les autres.

Cet adage permet aussi d'expliquer des baisses de prix par des fluctuations temporaires : dépression à court terme, tendance haussière à moyen terme comme illustré lors de ce cette analyse de l'évolution des prix agricoles.

Scénario 2

Suite à une rumeur, la panique s'empare du marché et l'action Eurowarp perd la moitié de sa valeur en quelques heures. Robert décide alors de suivre ses compagnons d'infortune et de vendre à perte pour ne pas se retrouver totalement dévasté. Seulement la rumeur se révèle fausse et quelques semaines plus tard le cours est au-dessus du niveau initial...

Votre explication : Acheter au son du canon, vendre au son du violon.

Extrait : Les marchés, loin d'être efficients, souffrent en effet d'un mal chronique qui peut les faire diverger sensiblement de la juste valorisation : la surréaction. Précisément, les marchés surréagissent à la hausse quand l'actualité est favorable et surréagissent à la baisse quand elle est mauvaise. A la base de ces mouvements exagérés se trouvent d'une part le biais de confirmation ..., et d'autre part des comportements de groupes dits moutonniers.

Version Warren Buffett : En matière d'investissements, le pessimisme est votre ami, l'euphorie est l'ennemi (In investing, pessimism is your friend, euphoria is the enemy). Warren Buffet est un spécialiste des petites phrases sur le thème de la finance, une de ses plus célèbres étant : C'est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignaient nus (Only when the tide goes out do you discover who's been swimming naked, concernant la bulle financière de 2008 autour des subprimes). Il est parfois plus philosophique : Les riches investissent dans le temps, les pauvres dans l'argent (The rich invest in time, the poor invest in money). Voici une compilation assez complète de ses bons mots.

L'effet moutonnier est à la base de la stratégie de pump & dump décrit dans le film Boiler Room, ou des prophéties auto-réalisatrices apparaissant dans le film Krach (cf l'article 5 films sur l'argent).

Scénario 3

L'action Eurowarp étant inhabituellement à la baisse depuis quelques jours, Robert a bien vu l'aubaine que cela représentait, et emprunte pour investir un maximum. Il se réjouit de ne pas avoir acheté au prix fort à la différence des naïfs des jours précédents. Seulement, même après son investissement, le titre continue à chuter !

Votre explication : On n'attrape pas un couteau qui tombe.

Extrait : Il semble alors évident qu'il faut faire vite avant que le titre ne revienne à un cours normal, si bien que les réflexions sur les causes de la chute sont remises à plus tard. Comment expliquer que, dans ces moments-là, l'on soit persuadé d'avoir raison et que le marché a tort ? A la base de tels comportements, il y a la propension de tout un chacun à surestimer ses capacités.

Moralité, quand un titre baisse, il est risqué de l'acheter. Analyse de l'ISEG Finance School Bordeaux.

Scenario 4

Robert étant déficitaire sur son investissement dans Eurowarp, il ne peut se résoudre à prendre ses pertes ; après tout la chute ne va pas durer éternellement. Mais voilà, la descente s'accentue, Eurowarp passant en dessous de 10% de sa valeur initiale... Incapable de rembourser son emprunt, Robert est ruiné !

Votre explication : Mieux vaut se couper la main que le bras.

Extrait : Quel investisseur n'a jamais eu dans son portefeuille des titres auxquels il ne croyait plus, des titres qu'il n'aurait achetés sous aucun prétexte en raison de leur potentiel nul, voire négatif, ou parce que le risque associé était trop important ? Présentée de la sorte, l'affaire semble ubuesque : rien ne paraît plus simple que de vendre de tels " perdants " pour acheter d'autres titres, plus prometteurs. Et pourtant... S'il y a un tel écart entre le comportement théorique rationnel et les comportements observés, c'est que la recommandation n'est pas si facile à respecter. Le biais psychologique qui explique le mieux les décisions des investisseurs... et leurs erreurs est sans doute l'aversion au risque.

Le petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens de R.-V. Joule et J.L. Beauvois est instructif à ce sujet. Évoquant l'effet de gel étudié par Kurt Lewin dès 1947 justifié par l'adhérence aux décisions prises dans le passé (tentative de rationnalisation d'un comportement antérieur), les auteurs décrivent ensuite l'escalade d'engagement à l'aide de l'expérience dite de Brockner-Shaw-Rubin (1979, à l'époque le concept de stop-loss n'existait pas vraiment) :

Imaginons le jeu suivant : vous disposez d'une mise de 400 euros et l'occasion vous est offerte de gagner un jackpot de 200 euros. Comment ? En face de vous un compteur gradué avance au rythme d'un chiffre par seconde, partant de 1 et allant jusqu'à 500. Vous gagnez les 200 euros du jackpot si vous laissez tourner le compteur jusqu'à un chiffre X fixé à l'avance mais que, bien évidemment, vous ne connaissez pas. Vous savez, en revanche, que chaque unité vous coûte un euro, de sorte que si d'aventure le chiffre X est supérieur à 400, non seulement vous ne gagnez pas les 200 euros du jackpot, mais encore vous perdez les 400 euros dont vous disposiez au départ. Vous avez naturellement la possibilité d'arrêter le compteur quand vous le voulez, le solde vous restant acquis. Le principe du jeu est donc simple : vos chances de gagner le jackpot augmentent avec les pertes que vous acceptez de subir, étant entendu que ces dernières peuvent ne pas être suffisantes, quand bien même vous seriez prêt à engager la totalité de votre mise. Exercice : quelle est la meilleure stratégie ? Suite et fin.

Conclusion

Au final, que ce soit pour des explications a posteriori ou pour faire des prédictions, il y aura toujours un proverbe bucolique pour vous aider. Comme aurait pu énoncer Peter Sellers dans Being there : On ne fait pas un beau jardin en coupant les fleurs et en arrosant les mauvaises herbes.

vendredi 20 mars 2015

Le Noble Jeu

Comment rendre visuellement intéressant des jeunes assis à une table, qui bougent très peu et ne se parlent même pas?

Le défi a été de rendre un championnat d’échecs palpitant, retranscrire l’excitation des joueurs dans mon film. La clé a peut être été dans la façon de filmer les visages des joueurs en train de réfléchir. Ils ne bougent quasiment pas mais à l’image du poker, ils se trahissent par leur langage corporel.

Un documentaire visionnable sur le site de son créateur Romain Menu.

source : Europe Echecs

lundi 16 mars 2015

Semaine du cerveau 2015 - Le geste dans la tête

Organisée chaque année, la Semaine du cerveau a pour but desensibiliser l’opinion à la recherche sur le cerveau. Coordonnée par l’Alliance européenne pour le cerveau et la Dana Alliance for Brain Initiatives aux Etats-Unis, elle constitue aujourd’hui un événement d’envergure internationale.

Programme à Genève de la semaine du cerveau 2015 (liens : 2008, 2009, 2014) organisée par la Ligue Suisse pour le Cerveau (Schweizerische Hirnliga) du lundi 16 au vendredi 20 mars, sur le thème Le geste dans la tête :

Le rythme est présent partout dans notre corps grâce à des horloges biologiques internes. La cadence que bat les neurones impacte notre comportement et nos émotions.

Intervenants:
Didier Grandjean (Université de Genève)
Ulrich Schibler (Université de Genève)
Mehdi Tafti (Université de Lausanne)

Comment le cerveau contrôle-t-il le mouvement et comment celui-ci diffère-t-il entre les novices et les experts ? Dans quelle mesure la pratique mentale peut-elle améliorer la performance motrice ?

Intervenants:
Ursula Debarnot (Université de Genève)
Daniel Huber (Université de Genève)
Alexandre Pouget (Université de Genève)

La maladie de Parkinson, les tics, la main qui bouge toute seule ; toutes ces pathologies nous offrent un éclairage sur les mécanismes cérébraux du mouvement.

Intervenants:
Frédéric Assal (Hôpitaux Universitaires de Genève)
Luc Mallet (Hôpitaux Universitaires de Genève, Université Paris-Est Créteil)
Pierre Pollak (Hôpitaux Universitaires de Genève)

La compréhension des mécanismes de la conscience du mouvement a ouvert des nouvelles voies thérapeutiques, que ce soit du côté des douleurs fantômes ou de la transplantation des membres amputés.

Intervenant:
Angela Sirigu (Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod, CNRS, Lyon)

Favorisant un lien entre mouvement et musique, la rythmique semble promouvoir le développement des capacités à se situer dans l'espace et prévenir le déclin de la mobilité chez les personnes âgées.

Intervenants:
Silvia Del Bianco (Institut Jacques-Dalcroze)
Didier Grandjean (Université de Genève)
Andrea Trombetti (Hôpitaux Universitaires de Genève)



Bonne semaine du cerveau à tous.

mardi 26 août 2014

5 films d'horreur modernes

Bonne rentrée à tous.

Réservés aux amateurs de films d'horreur/gores, ces oeuvres sont fortement déconseillées aux enfants !

N'ont pas intégré la liste : Cannibal Holocaust (trop antique), I spit on your grave (trop ancien), Grotesque (trop éponyme), Shaun of the Dead (trop comique).

En bonus, 5 films dérangeants, plus basés sur la violence psychologique que des scènes graphiques.

mardi 10 juin 2014

Casino Bitcoin

Avec l'avènement des cryptodevises décentralisées ont naturellement émergé des casinos en ligne tels Satoshi Dice (un site pionnier qui a rapporté une petite fortune à son fondateur), Just Dice, ou Prime Dice. Une liste de casinos basés sur le bitcoin peut être trouvée sur Bitcoin Dice (on y trouve notamment Every Dice, Dice Coin, Bitcoin Video Casino, Ice Dice, Satoshi Bones, Play Tin, Lucky Hash, Betcoin Dice, Dice Now, Bitoomba Dice, BitBattle.me, Jackpot Dice, SuperDICE, Mystery Dice, etc).

Ces casinos sont des paradis pour les partisans du libertarianisme, car : pas de contrôle à l'entrée, pas de personnes interdites de casino, pas de contrôle d'alcoolémie ou de dopage, pas de demandes de provenance de l'argent servant à payer les jetons... des no man's lands juridiques où les croupiers et les joueurs sont livrés à eux-mêmes.

Un joueur peut choisir un gain relatif à la mise (et le site y associera une probabilité de gagner) ou une probabilité de gagner (et le site y associera un gain relatif à la mise). Des jeux très simples basés sur un tirage au sort uniforme octroient un résultat et y associent une perte ou un gain.

Ces sites sont bien plus attractifs que les casinos classiques, proposant un avantage pour la maison (House edge) aux alentours de 1%, bien inférieur aux casinos classiques (par exemple 2,7% pour la roulette européenne et 5,3% pour la roulette américaine).

Les adeptes de martingales y trouvent leur compte, ou pas. À court terme les hauts gains sont possibles, si le joueur sait s'arrêter ; à long terme les risques associés aux lois des séries (distributions de Taleb) sont rédhibitoires pour les joueurs et profitables au casino. La maison gagne toujours.

Full disclosure : l'auteur est un investisseur de Just Dice (Mise à jour juillet 2014 : l'auteur était un investisseur, le site ayant depuis fermé suite à des innovations de la législation canadienne. Les bons temps sont derrière nous).

vendredi 28 février 2014

Life as a video game

Sometimes it's good to do a little bit of introspection or extraspection. In the former case, you see yourself from an internal point of view. In the latter, you see yourself from an external point of view, like in a video game. After all, isn't life role playing?

Seeing yourself as a character of a videogame that you control remotely offers some insights for personal development, as the video game programmer Steve Pavlina noticed in his podcast on reality.

Now it took me over a year to figure this out, but I think I finally understand it in a way that makes sense, and that seems internally congruent. So here's how I currently see the nature of reality.

I see that physical reality is the program, consciousness is the programmer, and the Law of Attraction is the interface between them. Or physical reality is a simulation, or a projection, of consciousness. There's only one consciousness, and that's what my identity is centered on, this one consciousness. Now, the consciousness is not my physical body, my physical body is part of my consciousness, just as equally as everything else experience, I experience.

So while, the physical body I control gives me perspective, it gives me a way of interacting and communicating with the simulation. But it's no more me, it's no more my real identity, than if I were, say, playing a video game? And I'm controlling a character on the screen. See, my physical body is just the character I control on the screen. But really, when I'm playing the video game, the game is the entire simulation. And my real being is outside that simulation.

Well, in this case, I'm saying that my real being is consciousness itself, and that the entire simulation of reality is taking place within that consciousness. I am that consciousness, but I have control over a part of the simulation, direct control, over my physical body. That's the part I can control the best. However, through the Law of Attraction, I also have control over every other part of the simulation as well. But there are some limitations on that.

See, the thoughts are the instructions, to the simulation. My thoughts. The thoughts of consciousness itself. But _every_ thought is an instruction. Or, in the language of the Law of Attraction, you would say, every thought is an intention. And physical reality is the sum total of every instruction or of every intention.

Now let's talk about some of the limitations on this, and some of the mechanisms by which this works. First of all, perception is also thought, which means it's also intention, which means it's also creative. See, there's no perception without creation. This answers the question, why does reality seem persistent? Why can't you just think of a thought that's totally incongruent with the reality you're experiencing, and have an immediate shift? And the reason is that you're always perceiving the reality you're getting. And so you can't have that immediate shift because your observations are also your thoughts, your observations are new instructions that are feeding back into the simulation. So the simulation has this persistence to it because the very act of perceiving it perpetuates it. Does that make sense?

So by observing the simulation, you're actually instructing it. Your observations about the simulations are in fact instructions to continue perpetuating what you're getting. This is why your life tends to be somewhat consistent from day to day to day - because your thoughts are persistent, because you keep observing the same things, you live in the same place, you keep observing the same location. If you changed your observations about reality, however, in a massive way, then reality itself, the simulation would be reprogrammed, and would shift in a massive way as well. And in fact, this is exactly what happens, but it happens in such a way that you don't even think about it.

In practice, it is possible to feel this body-mind dualism! Outer Body Labs, a "technologically induced out-of-body-experience game studio" who was present at Lift14, and whose pitch is see yourself seeing your self, offers such an experience. Imagine wearing a helmet or goggles (think Google Glass ou Oculus Rift) inside which you see what an external bluetooth camera pointed to you broadcasts. Or, imagine yourself wearing these electronic glasses, and carrying some big antenna with a camera mounted at the top directed downwards and feeding the glasses, in such a way that you would see yourself from an external eye.

See and control yourself from a third person perspective as you compete or collaborate in various physical tasks, games, activities and puzzles.

This is not virtual reality! At OuterBody Labs we move your eyesight, and your sense of self, into a video camera that is aimed at your body. This mind-hack has unique and wonderful dissociative effects. Will you be able to put your subjectivity into perspective?

So, what you see in the glasses is yourself, from the point of view of the camera (which can be fixed or mobile). On the screen, it appears as a character in a video game, that you can act upon remotely using your body as the controller, like real-life Sims. It offers a new perspective to your life!

The Machine to be Another project also goes in this direction. It "is an Open Source Art investigation on the relation of Identity and Empathy that has been developed on a basis of low budget experiments of Embodiment and Virtual Body Extension".

This interactive performance-installation is built in 2 identical spaces: one for the user and another for the performer.

Through immersive goggles (head mounted displays), the user sees a video with the eyes’ perspective of a different person (the performer), who follows the former’s movements. So, it all happens in a way in which the user kind of ‘controls’ the performer‘s movements.

The user can move and interact with objects inside a room, while listening to the performer‘s thoughts through a set of headphones. That generates the perception of someone speaking inside their mind.

The video transmitted to the user’s goggles is generated by a camera attached to the perfomer, that records his/her point of view in real time. The performer also wears a microphone used to tell a short story about his/her existence. This non lineal narrative is connected to the objects in the room (a photo of someone, a childhood toy, a pack of cigarettes, a mirror, etc), making them interactive: when the user interact with one object, the performer starts to speak about his experience and memories related to this object.

In general terms, the system merges technology with other variables: the performance, an interactive narrative (related to objects disposed at the same position in two identical spaces), the experiment’s assistants (with whom they can explore the touch sense), as well as sensorial/motor/physical stimuli disposed in the space, with which the user can interact. As for the objects, we always make use of mirrors and other different things that the user can either throw or feel (like a glass of water or a bunch of flowers).

Beyond augmented or virtual reality, it has to be kept in mind that such perspective can also be attained with spiritual practices like meditation or mind-altering subtances such as kratom or blue lotus. The movie Enter the void evocates dimethyltryptamine (DMT) as a chemical path to see yourself from the outside.

It can lead to larger, metaphysical considerations such as the universe being a simulation or our brains being a vat.

Much ado about nothing, or new perspectives for life?

mardi 7 janvier 2014

La triche aux échecs

Une épreuve difficile que celle proposée par Gregory Conti et James Caroland à leurs élèves : restituer par écrit les cent premiers chiffres de pi, le rapport entre le périmètre d'un cercle et son diamètre (3,14159265...). La particularité de ce test est que les élèves avaient explicitement la possibilité de tricher et que la note attibuée reflèterait l'efficacité et l'originalité de la méthode employée, sur la base : pas vu, pas pris. La synthèse de cette expérience Embracing the Kobayashi Maru: Why You Should Teach Your Students to Cheat en recense certaines (antisèche cachée dans un faux livre ou une fausse canette, sur un ordinateur, réponse codée en mandarin...) qui le soulignent bien : tricher demande parfois de faire preuve de créativité.

C'est en pratique dans le domaine des échecs que ce constat a été illustré récemment. Tricher lors d'une partie, c'est jouer des coups que l'on n'a pas trouvés soi-même, mais par une entité extérieure (un autre joueur, ou un ordinateur[1]). Quelles que soient les motivations qui animent un tricheur, le phénomène est considéré comme un grave manquement à l'éthique du jeu et toute tentative avérée discrédite un joueur de façon quasi-irréversible (l'honneur c'est comme les allumettes...). Au-delà de cela, les deux exemples suivants démontrent une certaine créativité dans la mise en place de la triche.

Dans le premier cas, trois Français ont agi de concert pour tricher. Si on voulait romancer un peu la méthode déployée, il y aurait "l'analyste", "le messager", et "le joueur". Le joueur participe à un tournoi et dispute les parties. Le messager est présent dans la salle du tournoi, comme spectateur. Enfin, l'analyste est dans un endroit externe, avec un ordinateur. Il suit la partie du joueur sur internet, fait analyser les positions par un logiciel échiquéen (type Fritz, Shredder, Houdini, ou Rybka), et note le coup proposé par l'ordinateur, qui joue donc la même partie que le joueur. Il envoie ensuite le coup au messager par SMS, en le dissimulant dans un anodin numéro de téléphone (en cryptologie, on parlerait de stéganographie) : certains chiffres du numéro codent la notation internationale du coup à jouer. Le messager déchiffre le SMS et va signaler le coup à jouer au joueur en se plaçant à certains endroits prédéterminés de la salle pendant un certain temps. Le joueur repère alors les positions successives du messager, et joue le coup correspondant. L'adversaire réplique, la nouvelle position est aussitôt retransmise sur Internet, et l'analyste peut enchainer. En remplaçant le joueur par un enfant de dix ans, on assisterait à la démonstration d'un prodige.

(source)

Dans le second cas, il s'agit d'un joueur bulgare qui agit sans complice ; le joueur a un ordinateur miniature (type smartphone) muni d'un logiciel d'analyse dans sa chaussure et communique avec à l'aide de ses orteils. Peut-être une inspiration de la nouvelle Nora says "Check" de Martin Gardner ? Bien que la triche n'ait pas été formellement avérée, il existe un faisceau de présomptions assez impressionnant, basées sur le comportement du joueur durant certains tournois, et, plus intéressant, sur ses performances et sur les coups qu'il a joués. En effet d'une part les résultats enregistrés lors de ces tournois constituaient une aberration statistique en regard des performances attendues en vertu du classement ELO, d'autre part de très fortes corrélations ont été relevées entre les choix du joueur et les coups proposés par un ordinateur disputant la même partie. Il faut en effet savoir que, les ordinateurs basant leurs choix sur le calcul pur et les humains donnant une part plus importante à l'intuition, dans une même position ils ont tendance à jouer des coups différents. Ce qui a amené un M. Regan à proposer une sorte de test de Turing échiquéen[2] indiquant, au vu de ses coups, à quel point un joueur est susceptible d'être un ordinateur. Ce même type de méthodes est utilisé sur certains sites d'échecs en ligne pour détecter les internautes utilisant un programme pour jouer à leur place.

(source)

Complément : A history of cheating in chess, en 4 parties. 1 raconte l'histoire d'une feinte et un épisode de vraie triche, 2 parle du Turc mécanique et de l'avènement des ordinateurs aux échecs, 3 évoque l'Allemand Allwermann qui préfigure le second cas ci-dessus, et enfin 4, à partir de deux anecdotes sur un apport minimal d'information externe, envisage les performances d'un duo homme-machine (ce que Kasparov appelle advanced chess).

Bonus : Major Fraud, un reportage sur des tricheurs en carton au jeu télévisé Who wants to be a Millionaire (épisode qui a peut-être inspiré le film Slumdog Millionnaire).

En conclusion, il n'y a pas de conclusion. Bonne année 2014 !

Notes

[1] Les ordinateurs sont aujourd'hui meilleurs que les humains aux échecs. Sauf peut-être en chessboxing, si on commence par la boxe.

[2] Une illustration de la logique sous-jacente est apportée par la parabole du golfeur.

lundi 16 décembre 2013

L'ado suicidaire

Un rabbin a un jour été appelé à l’hôpital pour voir un adolescent juif suicidaire. Ressentant qu’il n’était qu’un bon à rien incapable de réussir quoi que ce soit, ce garçon avait essayé d’attenter à ses jours. Mais même sa tentative de suicide avait échoué. Voyant qu’il était juif, le personnel de l’hôpital a demandé au rabbin de venir et de tenter de lui remonter le moral.

Le rabbin est arrivé à l’hôpital ne sachant pas à quoi s’attendre. Il trouva le garçon allongé dans son lit à regarder la télévision, projetant une image de misère absolue, de noirs nuages de désespoir suspendus au-dessus de sa tête. Le garçon lui jeta à peine un coup d’œil et, avant que le rabbin ait eu le temps de dire bonjour, il lui dit : « Si vous êtes venu me dire ce que le curé vient de me dire, vous pouvez repartir. »

Un peu surpris, le rabbin demanda : « Qu’est-ce que le curé a dit ? »

« Il m’a dit que D.ieu m’aime. C’est complètement débile. Pourquoi D.ieu m’aimerait-Il ? »

C’était un bon argument. Ce gamin ne pouvait rien voir en lui-même qui soit digne d’être aimé. Il n’avait rien accompli dans sa vie. Il n’avait aucune qualité particulière, rien qui soit beau ou respectable ou aimable. Pourquoi D.ieu l’aimerait-Il ?

Le rabbin devait toucher ce garçon sans lui paraître condescendant. Il devait dire quelque chose de réel. Mais que peut-on dire à quelqu’un qui se considère sans valeur ?

« Tu as peut-être raison, dit le rabbin. Peut-être que D.ieu ne t’aime pas. »

Ceci éveilla l’attention du garçon. Il ne s’attendait pas à cela de la part d’un rabbin.

« Peut-être que D.ieu ne t’aime pas. Mais une chose est sûre : Il a besoin de toi. »

Là, le garçon était surpris. Il n’avait pas entendu cela auparavant.

Le fait même que tu sois né signifie que D.ieu a besoin de toi. Il avait déjà beaucoup de gens avant toi, mais Il t’a ajouté à la population du monde, car il y a quelque chose que tu peux faire que personne d’autre ne peut faire. Et si tu ne l’as pas encore fait, c’est d’autant plus important que tu continues à vivre afin que tu puisses accomplir ta mission et apporter au monde cette contribution unique.

Si je peux regarder toutes mes réalisations en face et en être fier, alors je peux croire que D.ieu m’aime. Mais si je n’ai rien réalisé ? Si je n’ai aucun accomplissement à mon actif dont je puisse être fier ?

Eh bien, arrête de te regarder toi-même et regarde autour de toi. Cesse de penser à toi-même, et commence à penser aux autres. Tu es ici parce que D.ieu a besoin de toi. Il a besoin que tu fasses quelque chose.

Mon ami, vous et moi savons que le bonheur ne vient pas en gagnant un gros salaire. Le bonheur vient en servant les autres, en vivant une vie qui a un sens. Je suis convaincu que tout ce que vous devez faire est de projeter votre regard vers l’extérieur, pas vers l’intérieur. Ne pensez pas à ce dont vous avez besoin, mais à ce pour quoi on a besoin de vous. Et en trouvant ce que vous pouvez faire pour les autres, vous vous trouverez vous-même.

(source : Aron Moss, Chabad.org)

jeudi 28 novembre 2013

La sécurité en avion

Voilà une histoire purement fictive qui est arrivée à Simon.

Simon prend un avion depuis l'Inde jusqu'à Londres, avec une correspondance à Francfort.

D'Inde, il ramène une bouteille de Feni (liqueur locale à base de noix de cajou) achetée dans une boutique duty free de l'aéroport, qu'il met dans son sac à dos ("bagage à main").

Or, lors du transit à Francfort, au contrôle de sécurité précédant l'embarquement, Simon se fait notifier que sa bouteille, scellée dans un sac duty-free en provenance d'Inde, ne pourra pas être prise à bord de l'avion, car elle contient un liquide potentiellement dangereux. Seules solutions proposées par l'agent de sécurité : retourner au comptoir de la compagnie prenant en charge le vol jusqu'à Londres et l'enregistrer comme bagage de soute, ou simplement abandonner la bouteille de Feni.

Que faire ? Simon réfléchit à ses différentes options.

  • Enregistrer la bouteille comme bagage en soute est fastidieux et risque de coûter cher, car la compagnie aérienne fait payer pour les bagages excédentaires. Placer la bouteille dans son bagage en soute est inenvisageable, car les passagers n'ont pas accès à leurs valises durant les transits.
  • Vider la bouteille et son contenu au portique de sécurité.
  • Vider la bouteille dans un lavabo et emporter quand même la bouteille vide.
  • Boire la bouteille et emporter quand même la bouteille vide (à condition de rester en état de prendre le vol).
  • Demander à passer quand même, en arguant de la bonne foi et en présentant la facture correspondant à l'achat de la liqueur.
  • Accompagner la bonne foi d'un signe de bonne volonté. Simon a en poche un portefeuille contenant l'équivalent d'une dizaine d'euros. Mais si la corruption est facile en Inde, elle est impensable avec une somme si dérisoire en Allemagne.
  • Sortir la bouteille du sac duty-free indien et demander à une boutique de lui mettre ladite bouteille dans un sac estampillé duty-free de Francfort. Mais les commerçant refusent (à juste titre).
  • Acheter une bouteille d'eau dans un sac duty-free et la remplacer par la bouteille de spiritueux en bricolant le scellé.
  • Idem en remplaçant l'eau de la bouteille par l'alcool et en gardant la bouteille vide.
  • Répartir le contenu de la bouteille dans des récipients de moins de 100 mL et emporter la bouteille vide.
  • Passer la bouteille sur soi, le portique ne détectant que le métal et pas les liquides (ceux-ci étant détectés aux rayons X).


Au final, Simon va opter pour une solution hybride. Il va dire à l'agent de sécurité qu'il va vider la bouteille dans un lavabo et mettre dans son sac à dos la bouteille vide, inoffensive. Seulement, il va transvaser son contenu dans une bouteille d'eau qu'il va garder sur lui, dans la poche de son hoodie, et avec laquelle il passera le portique, sans objet métallique et sans aucun problème. Bilan, la bouteille et son contenu sont dans l'avion à la disposition de Simon.

Cette histoire illustre à quel point la sécurité dans les aéroports et les avions est cosmétique et illusoire, et ne réussit même pas à donner aux voyageurs le sentiment de sûreté.

Indice supplémentaire de ce fait, quelqu'un s'est amusé à construire des armes avec les objets trouvables dans les boutiques duty-free, mettant ainsi au point des engins tels le redoutable fraguccino ou le terrible blunderbusiness class (présentés sur le site Terminal Cornucopia).

Sur une note un peu différente, les vols sur les tapis à bagages à la sortie de l'avion sont quasi-inexistants car tous les passagers ont les yeux braqués sur les valises, ce qui rend difficile la tache des voleurs qui ne sont pas assurés que le propriétaire d'un bagage n'est pas en train de le surveiller. On peut parler dans ce cas de sécurité holoptique.

jeudi 7 mars 2013

5 films sur l'argent

En attendant une potentielle entrée sur les bitcoins (finalement : ici) et alors que Bill Gates a récemment discuté sur reddit, voici pour inaugurer la rubrique économie cinq films sur l'argent et la finance.

Le Sucre - Sur les conseils d'un courtier, un petit épargnant se lance dans la spéculation sur le sucre. Le tandem Depardieu-Carmet (Buffet Froid) voguera ainsi dans le petit monde haut en couleurs de la finance, où tout est manipulé, et où au final, « le libéralisme extravagant, ça se paie ».

Wall Street - Un jeune employé ambitieux incarné par Charlie Sheen (The West Wing) gravit les échelons d'une compagnie financière dirigée par son mentor Michael Douglas (Falling Down) dont la devise est greed is good.

Erreur de la banque en votre faveur - Un maître d'hôtel (Gérard Lanvin) se rend compte un beau jour par inadvertance qu'il est à même d'écouter les conversations privées de ses riches employeurs (dont le patron est le commissaire de Grégoire Moulin contre l'humanité). Ceux-ci, adeptes des délits d'initiés, lui fournissent sans le vouloir des tuyaux en or pour gagner à la bourse. Le film rappelle par certains côtés Le Gentleman d'Epsom.

Boiler Room - Un film sur les firmes pratiquant la stratégie de "pump & dump"[1] sur les marchés secondaires pour s'enrichir au détriments d'investisseurs naïfs.

American Psycho - Tiré du roman de Bret Easton Ellis mais bien plus édulcoré que ce dernier, l'histoire d'un trader qui perd progressivement contact avec la réalité. À rapprocher de la série Profit.

Ont failli intégrer la liste : Le Capital, The Pursuit of Happyness.

Notes

[1] Résumé du procédé en quatre mots : buy, lie, sell high.

mardi 5 février 2013

Dieu placebo

Le pouvoir de l'imagination

Souvenons-nous de ce récit extrait de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu de la trilogie des fourmis de Bernard Werber :

Dans les années 50, un bateau container anglais transportant des bouteilles de Madère en provenance du Portugal débarque en Ecosse pour livrer sa marchandise. Un marin s'introduit dans le container de réfrigération pour vérifier s'il ne reste plus rien à livrer. Nul ne sait qu'il est entré et on referme la porte du container alors que l'homme est encore à l'intérieur. Il tambourine sur les cloisons, mais personne ne l'entend et le bateau repart pour le Portugal.

Le marin trouve de la nourriture dans ce lieu mais il sait qu'il ne pourra pas survivre très longtemps dans cette chambre froide. Il a pourtant la force de saisir un morceau de métal et il grave heure après heure jour après jour, le récit de son terrible martyre. Il énonce avec une précision scientifique son agonie. Comment le froid l'engourdit, comment ses doigts et ses orteils gélent. Comment son nez se transforme en pierre insensible. La morsure de l'air réfrigéré devient une véritable brûlure, son corps qui peu à peu devient un gros glaçon.

Lorsque le bateau jette l'encre à Lisbonne, on ouvre le container et on découvre l'homme mort de froid. On lit son histoire gravée sur les murs. Toutes les étapes de son calvaire y sont décrites avec force détails. Mais le plus extraordinaire n'est pas là. Le capitaine examine le thermomètre du container frigorifique. Il indique 20°C. En fait, le système de réfrigération n'avait pas été activé pendant tout le trajet du retour.

L'homme est mort de froid parce qu'il croyait que le système de réfrigération fonctionnait et qu'il s'imaginait avoir froid. Ce n'était que son imagination qui l'avait tué.

Récit fictif, néanmoins vraisemblable. La puissance de la suggestion et en particulier de l'auto-suggestion est à tel point reconnu par la science de nos jours[1] que les essais cliniques des médicaments se déroulent en aveugle[2] (la moitié de l'échantillon-test, le groupe expérimental, reçoit le médicament et l'autre moitié, le groupe contrôle un traitement ineffectif, et les participants ne savent pas ce qu'ils reçoivent) afin de filtrer l'effet placebo.

Qu'est-ce que l'effet placebo ?

Historiquement, l'effet placebo est le nom du mécanisme à l'origine de l'efficacité clinique d'une substance inerte chez un malade qui croit prendre un médicament pour sa guérison. Une situation de ce genre sur une échelle collective est rapportée par Patrick Lemoine dans son livre Le mystère du placebo :

Il est d’autres situations de recherche où le placebo a été utilisé à l’insu de presque tout le monde, à l’exception d’un ou deux protagonistes. C’est ainsi que Serge Follin, psychiatre français, a pu mettre en place un essai historique sur le Largactil, difficile à concevoir à l’heure actuelle sous le sourcilleux regard des comités d’éthique. La chlorpromazine (Largactil) a obtenu son autorisation de mise sur le marché en 1952 et a rapidement transformé la vie des institutions psychiatriques, permettant la sortie de plusieurs milliers d’aliénés jusque-là réputés incurables.

Cependant, le progrès qu’il représenta eut aussi un effet pervers. Se reposant uniquement sur leurs lauriers pharmacologiques, certains services abandonnèrent toute réflexion institutionnelle et toute tentative psycho-sociologique de désaliénation, paraphrasant le terrible jugement de Tite-Live sur la pax romaina : Ubi solitudinem, pacem appellant[3]. Finies les activités collectives, sorties, fêtes, bals, veillées, et tout ce qui transformait les services ouverts en communautés parfois assez chaleureuses. Une chape morne semblait s’être abattue sur l’asile. Et l’on vit se pérenniser sur les cahiers de pharmacie des prescriptions interminables que les patients un peu trop bien calmés avalaient immuablement, années après années.

Partant de ce constat, Follin tenta une expérience audacieuse. Il jeta son dévolu sur un pavillon ouvert, peuplé de malades chroniques. À l’insu de tout le personnel et, bien entendu des aliénés eux-mêmes, il remplaça subrepticement les gouttes de Largactil par un placebo identique dans sa présentation. Seuls trois médecins et un interne avaient été mis au courant. Ce service vétuste n’accueillait pas de nouveaux malades et formait une communauté chronique et stable de malades réputés difficiles mais généralement calmes. Les doses quotidiennes de Largactil allaient de 150 à 700 mg, la durée de traitement s’échelonnant entre 200 et 900 jours.

L’expérience a duré en tout neuf mois, du premier mai 1959 au premier février 1960. Sur les soixante-huit malades qui ont participé à l’étude, trente-neuf seulement ont été retenus pouir l’analyse ; vingt-neuf en ont été exclus : soit ils ont changé de pavillon, soit ils ont reçu des traitements associés. Il est évident qu’une des grandes faiblesses de cette publication réside dans l’absence de tout renseignement sur ces vingt-neuf exclus. Les résultats de cet essai n’en demeurent pas moins étonnants. La vie pavillonnaire resta inchangée et personne ne se douta une seconde de la « supercherie ». Les incidents ne furent ni plus ni moins nombreux qu’auparavant. De nombreuses modifications de traitements, avec augmentation ou réduction des dosages de placebo, furent effectuées par les internes du service ou de garde, tout ceci à la satisfaction générale. L’été venu, une délégation de malades demanda à retarder l’heure de la distribution du Largactil pour pouvoir profiter plus longuement des soirées ! Leur demande fut acceptée. Quelques patients insomniaques retrouvèrent le sommeil lorsque la dose fut augmentée ; d’autres qui somnolaient s’animèrent lorsque la posologie fut réduite. L’auteur put vérifier que l’élimination du « Largactil vrai » était lente puisque des érythèmes solaires se produisirent comme tous les ans, en début d’été, deux mois après mise sous placebo.

Au bout de neuf mois, on fit les comptes. Pas de changement clinique chez quinze patients dont neuf schizophrènes, deux « déséquilibrés thymiques », un éthylique, deux déments et un patient souffrant d’un syndrome atypique. Des aggravations furent notées chez un schizophrène et un dément chez qui la réapparition de l’agitation ne put être calmée que par des injections de Largactil « vrai ». Certaines améliorations furent telles qu'elles permirent la sortie de onze malades dont quatre schizophrènes, six « déséquilibrés thymiques » et un épileptique. Dans onze autres cas, les progrès furent nets mais insuffisants pour l’autoriser : six schizophrènes, un « déséquilibré thymique », un confus, un arriéré, deux patients jugés « atypiques » étaient concernés. Le total de l’expérience montrait donc vingt-deux améliorations, dix-sept « échecs » dont deux aggravations. Sur vingt schizophrènes, on comptabilisa dix améliorations dont quatre sorties et dix échecs dont une aggravation. Chez les « déséquilibrés thymiques », le succès fut global et manifeste : on y comptait sept améliorations dont six sorties et seulement une aggravation.

La neuroscience cherche à mieux comprendre l'effet placebo à l'aide de l'imagerie cérébrale ; ainsi la tomographie par émission de positrons (PET) a pu montrer que des patients atteints de la maladie de Parkinson augmentaient leur production de dopamine après la prise d'un placebo, soit le même mécanisme biochimique que celui déclenché par le traitement usuel (source).

L'importance conceptuelle et les implications de l'effet placebo sont probablement sous-estimées par la médecine et par la science en général. Les processus de guérison basés sur l'autosuggestion, comme l'autohypnose ou la méthode Coué (qui, d'un point de vue New-Age, suggèrent une domination de l'esprit sur la matière) sont bien connus mais scientifiquement peu documentés.

Une variante chère aux entraîneurs sportifs et coaches personnels est la pensée positive : se concentrer sur son but, le visualiser, l'imaginer accompli, aide à l'atteindre (cela entre plus ou moins consciemment en jeu lors de la mise en place d'objectifs). Évidemment, ce n'est pas la panacée ; si un coach demande à chacun des coureurs du marathon de Paris de remporter la victoire grâce à la pensée positive, alors il est certain que la méthode échouera dans 100% des cas[4], ce qui n'est pas très spectaculaire en termes d'efficacité.

Dieu comme placebo

Sur le plan matériel l'effet placebo est mesurable grâce aux indicateurs de santé que fournissent les analyses médicales. Mais si le monde matériel n'est qu'un reflet d'un monde spirituel plus abstrait, où les états sont moins facilement mesurables, tout porte à croire qu'il y a un analogue spirituel à l'effet placebo dont le mécanisme est basé sur la croyance : la religion.

Les systèmes de croyances sont en effet tellement puissants que la religion peut apporter des bénéfices réels pour la condition physique et la santé mentale (Johns Hopkins Medical Newsletter, Nov 1998). De nombreuses études soulignent en effet que les croyants vivent plus longtemps et en meilleure santé que les sceptiques, même en tenant compte du fait qu'ils ont la plupart du temps une vie plus sobre du fait de leur foi. D'un point de vue évolutionnaire, la bonne tenue des croyants malgré l'évolution de la science provient peut-être de leurs capacité à tisser de puissantes structures sociales et communautaires à travers les rites, cérémonies, fêtes, et traditions[5], qui créent et maintiennent de profonds liens de solidarité (source).

Où est le mal ?

Alors, si l'effet placebo des religions est réel et rend plus heureux, il paraît inutile et vain de s'attaquer à des croyances inoffensives autour de l'âge du monde, de la préscience colorimétrique de la bible, ou du pouvoir des pierres précieuses. Car enfin, où est le mal à nier la réalité des faits et à construire un système de croyances basé sur l'imaginaire collectif ?

Je préfère l'illusion au désespoir.[6]

Nelson Muntz

Mais bien sûr ce n'est pas si simple, car au-delà du fanatisme et des guerres de religions, les croyances religieuses peuvent causer du tort à des innocents, comme le note le site What's the harm[7] en recensant de nombreux cas de fondamentalistes qui pensent guérir leur enfant par le pouvoir de la prière au lieu de l'emmener chez un médecin, entraînant parfois sa mort. Il y a donc un équilibre à trouver entre assistance à personne en danger et respect des libertés individuelles[8].

Quant au judaïsme, qui n'aime pas trop la magie, il refuse d'utiliser la torah pour la guérison et demande de vivre dans une ville qui où se trouve au moins un médecin (source). Le judaïsme récuse la foi-placebo, intéressée, au profit d'une foi et surtout d'actes authentiques[9].

Ressources (en anglais) :

Notes

[1] Toutefois certaines études dans un contexte purement scientifique viennent contrebalancer ce point, sans pour autant remettre en cause l'existence de l'effet placebo dans le contexte médical (Hróbjartsson & Gøtzsche, Is the Placebo Powerless? An Analysis of Clinical Trials Comparing Placebo with No Treatment, 2001), cf aussi Skepdic.

[2] Afin de limiter l'influence de l'expérimentateur ou du comité de supervision, la démarche scientifique a également défini des protocoles en double aveugle et même en triple aveugle.

[3] « Là où ils font la solitude, ils l'appellent paix. »

[4] Disclaimer : chiffre arrondi au centième de point près.

[5] D'ailleurs, on peut penser que plus les rites communs sont absurdes, plus les liens sont renforcés grâce à l'unicité de l'expérience. C'est pour cela que lors des séminaires de teambuilding d'entreprises, les participants ne sont pas incités à aller au cinéma tous ensemble mais plutôt à marcher sur des braises ou à danser la macarena.

[6] VO : Some of us prefer illusion to despair.

[7] Le site parle également des conséquences de la négation de l'autisme et des scams 419. Dans le même style, l'homéopathie peut être dangereuse quand elle incite les malades à ne pas prendre de médicaments qui marchent, sans parler de ses coûts pour la Sécurité Sociale qui suscitent des interrogations à l'Académie Nationale de Médecine.

[8] Un peu comme en droit international l'équilibre entre devoir d'ingérence et respect de la souveraineté nationale est souvent délicat.

[9] Extrait : La sagesse juive authentique affirme qu'être en bonne santé est à la fois la condition et la conséquence d'une bonne vie, mais ce ne doit pas pour autant en être l'objectif. La religion juive authentique nous dit : Oui, prolonge ta vie, mais pour quoi faire ? Oui, deviens plus mince et plus souple, mais pour quoi faire ? Oui, recherche le plaisir, mais pour quoi faire ? Contempler cette question, « pour quoi faire ? » est le commencement de la sagesse spirituelle.

jeudi 27 décembre 2012

Peut-on reprogrammer le cerveau ?

Avant une réponse scientifique à cette question, que dit l'art sur le sujet ?

Les livres The Bourne Identity (Peter Ludlum) et L'Empire des Loups (Jean-Christophe Grangé) ainsi que les films The Manchurian Candidate et Cypher viennent entrenir les fantasmes des adeptes des théories du complot à ce sujet.

D'autres films comme Le Créateur ou Limitless se penchent sur la question : peut-on doper le cerveau ?

La programmation neuro-linguistique (PNL) peut sembler assez New-Age. Et pourtant, les chercheurs avancent que l'hypnose et les faux souvenirs sont des phénomènes bien réels.

On verra bientôt ce que dit la science à ce sujet.

jeudi 15 novembre 2012

Can one grow intuition?

This is the 100th entry on the blog! Cheers!

After the 2012 US elections, statistician Nate Silver has known his fifteen minutes of fame when it appeared that his predictions regarding the results had been fulfilled despite the strong opposition by a good number of opponents.

Now, the same Nate Silver had previously authored The Signal and the Noise - Why so many predictions fail, but some don't, where he reports an anecdote about the 1997 Kasparov vs Deep Blue match (mentioned in the entry about the future of information science).

Nevertheless, there were some bugs in Deep Blue’s inventory: not many, but a few. Toward the end of my interview with him, [Murray] Campbell somewhat mischievously referred to an incident that had occurred toward the end of the first game in their 1997 match with Kasparov. “A bug occurred in the game and it may have made Kasparov misunderstand the capabilities of Deep Blue,” Campbell told me. “He didn’t come up with the theory that the move it played was a bug.” The bug had arisen on the forty-fourth move of their first game against Kasparov; unable to select a move, the program had defaulted to a last-resort fail-safe in which it picked a play completely at random. (...) Kasparov had concluded that the counterintuitive play must be a sign of superior intelligence. He had never considered that it was simply a bug.

Years later, at a authors@google talk interesting to have a look at in its entirety, Garry Kasparov (whose famous game against Topalov can be seen here) is asked if he relies on intuition to make decisions in chess[1]. His answer:

It's the most valuable quality of a human being in my view. Yeah, it's probably... we live at a time when we just want to touch something before we can make our opinion about the subject. I believe that intuition is like any other muscle. So, like people know that if you go to the gym you improve your physical conditions, they know that for training memory, there're also exercises, but intuition is the same. So you have to learn how to trust your intuition. My view is that we similarly undermine the importance of intuition because intuition means taking too much risk. And we, whether we like it or not, we live in a risk adverse culture. And intuitive decision very often cannot be explained into terms that should be required by corporate cullture or by your other family members. So, in my view, by adding this quality of intuition to the decision-making process, we can dramatically improve the results.

"Can intuition be developed?" is half-counter-intuitive, so to say, in the sense that people who have good intuition will say "yes", and people who have a bad intuition will say "no". Still, anyone can observe that a common quality shared by the chess player Bobby Fischer (evoked in the movie Searching for Bobby Fischer), and the poker player Stu Ungar[2] (whose life is narrated in High Roller: The Stu Ungar Story) is that both had a very powerful intuition. Everyone can draw his own conclusions.

Notes

[1] The next question in the talk is about the importance of psychology. From Kasparov's answer: "It could actually work in a very strange way when you're facing the computer because many computers, even today, have their own strengths and own weaknesses. And if you can understand so it may help you to design the game which will be the most unpleasant for certain computer. Because it's actually machine, it might sound very odd, but machine definitely has a "personality" and it very much depends on the people behind the computer. So, some of the machines are playing more aggressive chess; some play less aggressive chess. And again, I don't know whether it's an irony or not, but the Israeli-made computers are more aggressive than the German-made computers."

[2] Stu Ungar, jewish, clever, lover of poker, died of a heart failure due to his excesses.

mardi 13 novembre 2012

Graine de crapule

Mentionné dans l'entrée sur la science de l'autisme, le recueil Graine de crapule de Fernand Deligny est sympatique et riche en enseignements. En voici cinq extraits.

Si tu joues au policier, ils joueront aux bandits. Si tu joues au bon Dieu, ils joueront aux diables. Si tu joues au geôlier, ils joueront aux prisonniers. Si tu es toi-même, ils seront bien embêtés.

Celui-là que tu traites d'indifférent et d'endormi, as-tu vu avec quelle adresse et quelle vivacité il est capable de chiper un gâteau dans une pâtisserie pleine de clients ? Il vit. Rien n'est perdu.

À trop se pencher sur eux, c'est la meilleure position pour recevoir un coup de pied au derrière.

Tu n'obtiendras rien de la contrainte. Tu pourras à la rigueur les contraindre à l'immobilité et au silence et, ce résultat durement acquis, tu seras bien avancé.

Ses parents. Ils ont mis quinze ans et neuf mois pour faire de leur fils ce qu'il est et ils voudraient qu'en trois semaines tu en fasses un enfant modèle.

Voilà.

lundi 15 octobre 2012

Fahrenheit 419

One day, you receive a surprising e-mail from an unknown person in distress: she inherited a fortune but she can't have access to it because the money somewhat needs to be collected in Europe/US and claimed by a stranger because she needs anonymity. Therefore she needs you to become the legal owner of the fund, fetch the money, and give her back. Of course as a trustful business partner you'll be rewarded with a good percentage of the sum, which amounts to several tens of millions of dollars.

Infamous so-called 419 scams are an electrical revival of the old Spanish prisoner confidence trick[1] and typically start along these lines. Once a certain level of communication and trust has been established after a few e-mail exchanges, you learn a small detail about this 100% legal and 100% risk-free process: it is required that you first pay a symbolic sum, a couple thousands dollars, to be legally able to "complete this transaction" and collect the money. The reasons can be multiple: barrister fees, administrative taxes, document certification fees, financial services, demurrage charges, freight costs... But it is really nothing compared to the millions you're gonna get pretty soon once this small "modality" has been fulfilled. So you send the money, wait for the grail, and nothing happens. You have been robbed.

When these kinds of scams become part of the internet culture and when some people pretend falling for the bait while they just want to mock the embezzlers, you get scamorama, storytelling, and schadenfreude.

Selected stories:

Notes

[1] The Spanish prisoner trick is illustrated in the eponym movie.

lundi 1 octobre 2012

Casino Royale

Après Las Vegas Parano, voici Casino Royale. Ici, James Bond joue au poker face à trois adversaires, dont son ennemi Le Chiffre.

Petit jeu : examinez la scène et essayez de repérer quelques situations bizarres ("réponses" ci-après).



Lire la suite...

vendredi 21 septembre 2012

La science de l'autisme

Fernand Deligny, auteur du célèbre recueil « Graine de crapule » (1945), était un éducateur qui fut dans les années 70 à l'origine de la création d’un réseau de prise en charge d’enfants autistes. Je dis tout simplement qu'un radeau n'est pas une barricade et qu'il faut de tout pour qu'un monde se refasse., affirmait-il.

L'autisme se manifeste par des comportements simultanés et cumulatifs qui peuvent déstabiliser ceux qui ne sont pas familiers avec cette condition, qualifiée de trouble envahissant du comportement (TED) :

  • des troubles des interactions sociales
  • des troubles de la communication verbale et non-verbale
  • des comportements stéréotypés et répétitifs

On distingue grossièrement trois types d'autisme (avec divers degrés, on parle de spectre autistique) :

  • L'autisme infantile, appelé aussi autisme de la petite enfance (aussi traduit autisme infantile précoce), psychose de la petite enfance, syndrome de Kanner ou trouble autistique. L'appellation autisme sans précision supplémentaire renvoie le plus souvent à cette identification, mais souvent en l'élargissant plus ou moins (comme on l'observe dans les critères utilisés dans les études épidémiologiques censées dénombrer les autistes).
  • Le syndrome d'Asperger, d'abord appelé psychopathie autistique (en 1943), est considéré comme une forme d'autisme. Il est inclus dans les décomptes épidémiologiques de l'autisme, mais les critères diagnostiqués sont très différents de ceux de l'autisme infantile. Il y a très peu de différences entre l'autisme dit de haut niveau et le syndrome d'Asperger. La distinction reposerait sur l'âge où l'enfant commence à parler, les patients ayant le syndrome d'Asperger ne connaissant pas de retard dans ce domaine. Certains ont aussi avancé l'existence de différences dans la comparaison des QI verbal et performance.
  • L'autisme atypique est un critère qui distingue un caractère autistique autre que l'autisme infantile ou le syndrome d'Asperger. Contrairement au diagnostic de trouble envahissant du développement non spécifié, le caractère autistique est clairement indiqué (il pointe l’existence des trois critères de référence de l'autisme, sociaux, communicationnel et de centre d’intérêt).

Les New-Agers parlent d'enfants indigo pour désigner les enfants autistes, dylexiques, ou hyperactifs. C'est-à-dire, des humains surdoués mais inadaptés au côté normatif des systèmes éducatifs traditionnels, et auxquels un environnement spécialisé est plus adéquat. Alors certes, c'est très bien de dire que ces enfants recèlent beaucoup de potentiel et qu'avec beaucoup d'efforts ils réaliseront des tas de choses dans la vie. Après amalgamer le tout et conférer aux enfants indigo des pouvoirs paranormaux pour faire plaisir aux parents et en faire un business[1], c'est déjà plus discutable.

L'autisme est le trouble du développement qui se répand actuellement le plus vite sur Terre. Le fait que les populations migrantes soient particulièrement touchées met en lumière une influence possible de l'environnement. Maladie rare il y a cinquante ans (un enfant sur dix mille affecté), la proportion d'enfants atteints est aujourd'hui d'environ 1 pour 150 en Europe, 1 pour 90 aux États-Unis, et même 1 pour 40 en Corée du Sud. En résumé, l'autisme revêt de plus en plus les apparences d'une épidémie.

Des associations comme Autistes sans Frontières et Autisme France insistent sur la nécessité d'un dépistage précoce, qui pourrait être effectué dès 2 ans, pour améliorer l'efficacité de la prise en charge. Malgré l'absence de marqueur biologique connu, certains signes avant-coureurs et signes d'alertes, décrits à partir de la page 15 de la brochure susmentionnée, peuvent conduire à demander une observation clinique et des examens psychologiques effectués par des professionnels.

En présentant l'autisme comme une rupture des capacités à la survie, le chercheur Ami Klin argumente aussi qu'une détection précoce des troubles du spectre autistique est importante afin d'éviter que des enfants atteints ne se retrouvent isolés face à leur environnement. Des équipes ont ainsi récemment mis en évidence que chez les très jeunes, le mouvement des yeux face à un écran de télévision présentait souvent des motifs spécifiques chez les enfants autistes ou hyperactifs (étude).

Se pose également la question de la cause de l'autisme, considéré comme une maladie neurobiologique. Certains suggèrent que des vaccins comme le Measles-Mumps-Rubella (MMR) seraient facteur d'autisme, mais cette théorie s'est vite révélée complètement infondée). Par contre, un documentaire d'Arte intitulé L'énigme de l'autisme - La piste bactérienne fait état de recherches scientifiques liant autisme et métabolisme, via des bactéries intestinales[2]. Ces études orientent les recherches vers des tests de détection complètement différents des tests comportementaux, tels les tests d'urine (étude), et envisagent des traitements basés sur des compléments alimentaires probiotiques.

Ce résultat n'est pas isolé. Une autre maladie cérébrale est de plus en plus perçue comme d'origine métabolique : la maladie d'Alzheimer [3], ainsi que l'illustre la couverture du New Scientist de ce mois.

Il n'existe aujourd'hui ni de preuve de l'irréversibilité de l'autisme, ni de traitement curatif. Mais une chose est sûre, c'est qu'il y a un gouffre d'incompréhension entre le monde des autistes et le monde des « gens normaux ». Notre vision et nos perspectives souvent limitées ont tendance à ériger une haute barrière de communication dont le difficile franchissement se rapproche, spirituellement, d'un saut en hauteur.

Notes

[1] Extrait d'une publication du GEMPPI :Habituellement une secte fabrique un objet de culte superstitieux (Omitama, Gohonzon etc.) exclusif auquel l'adepte va attribuer des pouvoirs magiques bénéfiques en cas d'obéissance ou maléfiques en cas de rebellion. Les adeptes de la secte Kryeon n'ont d'autres objets de culte et de superstition que leurs enfants "indigo", qui se trouvent revêtus de super-pouvoirs magiques bénéfiques en cas d'obéissance, maléfiques en cas de rejet, dès lors que les guides patentés de l'église kryeoniste les déclarent Indigo. L'avantage pour ceux qui exploitent ce système est que les adeptes ne pourront jamais se débarrasser de l'objet de culte qui les asservit à un enseignement et à la loi d'une entité invisible dont Lee Carroll et ses apôtres ont le monopole de la médiation.

[2] D'après l'enquête, les métabolites de bactéries intestinales telles que l'acide propionique pourraient déclencher l'autisme chez les enfants prédisposés.

[3] Depuis 2005 (étude), la maladie d'Alzheimer est de plus en plus considérée comme un diabète de type 3, une sorte de « diabète du cerveau », conduisant à envisager des traitements basés sur des médicaments appelés glitazones, ou sur l'insuline. Il est toutefois possible que diabète et maladie d'Alzheimer ne soient pas soient liées directement mais par des causes communes telles que des microsaignements au niveau du cerveau.

mercredi 5 septembre 2012

La contractualisation des progrès

En sport comme dans d'autres domaines de la vie, la fixation d'objectifs s’est avérée l’un des mécanismes de motivation les plus simples et les plus efficaces pour progresser et parvenir à ses fins.

La page 30 du guide des entraîneurs de Special Olympics, un organisme développant la pratique sportive chez les handicapés, explique pourquoi il est important d'avoir des objectifs étant :

  • mesurables et spécifiques
  • difficiles mais réalistes
  • à court et à long terme
  • positifs et négatifs
  • etc.

Christophe Carrio ne dit pas autre chose :

Les objectifs ont une action puissante et directe sur la motivation et l’énergie. Ils agissent également sur l’état émotionnel (baisse de l’anxiété) et la confiance en soi (renforcée). Mal construits ou mal définis, les objectifs peuvent déstabiliser la personne et avoir les effets opposés – la confiance et la motivation peuvent être anéanties.

Les objectifs doivent être précis, datés et mesurables pour maintenir la motivation. Ces trois qualités sont indissociables quel que soit l’objectif, à court, moyen ou long terme. Les baisses de motivation sont souvent liées à des objectifs flous. « Je veux avoir un beau corps » « Je veux être fine » « Je veux me sentir moins molle » ... sont des objectifs trop vagues. En revanche « je veux perdre un tour de taille d’ici 3 mois », « je veux courir plus vite sur tel parcours et me sentir plus tonique sur chacune de mes foulées en 3 mois », « je veux effectuer 10 muscle up, ou 100 pompes dans 3 mois » sont des objectifs beaucoup plus précis.

Vos objectifs doivent être ambitieux, difficiles à atteindre mais raisonnables. Un objectif, pour être efficace, ne doit pas être déstabilisant et doit se situer au bon niveau. Trop bas, il provoque l’ennui, voire la régression et donc une perte de motivation. Trop important, il entraîne déception, frustration, perte de confiance en soi et stress face à l’échec. Il faut donc se méfier des objectifs trop rigides, sans marge d’échec.

Un objectif à long terme se décline d’abord à court et moyen terme. On peut multiplier les objectifs dans tous les secteurs de sa vie, sachant que rien n’est jamais étanche, une joie ou une déconvenue dans un secteur rejaillit sur tous les autres. Plus les objectifs sont bien déclinés à court et moyen terme et plus vous serez concentrés, focalisés et vous aurez l’énergie nécessaire pour les mener à bien en dépit des tracas et de tous les impondérables du quotidien.

Écrire ses objectifs sur papier -où sur octets-, c'est bien, et c'est un euphémisme. Toutefois la psychologie contemporaine vient nous dire que la motivation pour les accomplir peut être démultipliée lorsque ceux-ci prennent une tournure contractuelle.

Le site stickK propose ainsi d'établir des contrats d'engagement (commitment contracts) allant dans cette optique[1]. Le principe sous-tendant l'efficacité des objectifs contractuels est, selon la FAQ (traduction assez libre) :

Nous commençons tous par vouloir atteindre nos objectifs, mais la plupart du temps il n'y a simplement rien qui nous force à nous conformer à notre parole. En signant un contrat d'engagement, ne pas tenir sa promesse devient beaucoup plus difficile.

Sans trop rentrer dans les détails, trois exemples fictifs de tels contrats d'engagements :

  • Si je n'obtiens pas ma ceinture jaune de judo, je devrai donner 100 euros à l'UNICEF.
  • Si je ne cours pas le prochain marathon de Paris en moins de quatre heures, alors tous mes amis seront informés de cet échec et se moqueront de moi.
  • Si je ne perds pas dix kilos d'ici trois mois, je devrai verser un mois de mon précieux salaire au front national (lose it or lose it).

Autrement dit, la méthode consiste à augmenter artificiellement la priorité d'un objectif en corrélant son non-accomplissement à des conséquences bien plus négatives que celles de l'échec seul. Un objectif mineur ou insuffisamment motivant est ainsi transformé en objectif majeur via sa contractualisation[2]. Dès lors que le « pourquoi » devient si important, le « comment » suit.

En résumé, internet et psychologie au service du sport, et de la vie.

Hat man sein warum? des Lebens, so verträgt man sich fast mit jedem wie?[3]

Friedrich Nietzsche, Götzen-Dämmerung

Notes

[1] D'après les créateurs du site, il a été prouvé les contrats d'engagement peuvent tripler les chances de succès. C'est hélas une affirmation tellement floue qu'il est plus simple de la laisser aux marketing guys.

[2] Pour reprendre les mots de Tim Ferriss dans The four-hour body (4HB pour les intimes) : Most people have an insufficient reason for action. The pain isn’t painful enough. It’s a nice-to-have, not a must-have. Le livre défend aussi l'importance de la mesurabilité des objectifs : To eliminate words you shouldn’t use in body redesign, the question to ask is: can I measure it? “I just want to be healthy” is not actionable. “I want to increase my HDL cholesterol and improve my time for a one-mile jog (or walk)” is actionable. “Healthy” is subject to the fads and regime du jour. Useless..

[3] Celui qui a son pourquoi dans la vie peut affronter n'importe quel comment. (Le crépuscule des idoles)

- page 1 de 2